Selon une enquête allemande, l'autopilotage de Tesla représente un risque

11/10/16 à 13:04 - Mise à jour à 13:04

L'Institut allemand de contrôle des autoroutes (BASt) déclare dans un rapport que l'autopilotage de Tesla engendre un 'risque important dans le trafic'.

Selon une enquête allemande, l'autopilotage de Tesla représente un risque

© Reuters

Le CEO de Tesla, Elon Musk, n'est évidemment pas du tout d'accord avec cette enquête. Dans un tweet, il qualifie celle-ci 'de contraire à la science' et répète que l'autopilotage de Tesla 'est plus sûr que la conduite manuelle d'une voiture'.

L'autopilotage a parcouru 209 millions de kilomètres, avant d'enregistrer un crash fatal. Pour ce qui est des voitures conduites par des humains, la moyenne aux Etats-Unis est de 160 millions de kilomètres, écrit TechChrunch.

BASt a entamé son enquête suite à une collision impliquant une voiture Tesla le mois dernier en Allemagne. Un Model S avait heurté l'arrière d'un autocar. Personne n'avait été blessé, mais l'accident engendra un examen plus approfondi du système d'autopilotage par les enquêteurs. Il est sur ce point important de révéler que le magazine allemand bien connu Der Spiegel écrit qu'il s'agit d'une étude interne au BASt, qui n'aboutit pas à des conclusions définitives.

Plusieurs problèmes

Il n'empêche que l'institut de contrôle a découvert plusieurs problèmes au niveau de l'autopilotage. C'est ainsi qu'il n'aurait pas suivi le marquage au sol dans une zone de travaux. Rappelons qu'en l'absence de marquage au sol, la voiture suit simplement celle qui la précède.

Autre risque: la voiture ne peut 'regarder' que jusqu'à quarante mètres derrière elle. Sur les autoroutes allemandes, il y a toutefois des tronçons où il n'y a aucune limite de vitesse, ce qui fait qu'une voiture peut arriver par l'arrière à 200 km/heure. Dans ce cas, un champ de vision de 40 mètres ne suffit pas.

Pas de retrait pur et simple

Les enquêteurs veulent par conséquent que le Model S de Tesla soit retiré du réseau routier allemand, mais le ministre allemand de la mobilité le rejettera très probablement. Selon Der Spiegel, il aurait en effet justement l'intention de faire tester de manière approndie l'autopilotage de Tesla en Allemagne.

En savoir plus sur:

Nos partenaires