"Reynders dilapide des millions"

09/03/09 à 11:10 - Mise à jour à 11:09

Source: Datanews

L'inspection des Finances émet les plus grandes critiques à l'égard du plan de réforme du ministre des Finances, Didier Reynders. "Du gaspillage", voilà comment elle qualifie les 4 millions supplémentaires requis pour un projet qui coûtera en tout 80 millions d'euros.

L'inspection des Finances émet les plus grandes critiques à l'égard du plan de réforme du ministre des Finances, Didier Reynders. "Du gaspillage", voilà comment elle qualifie les 4 millions supplémentaires requis pour un projet qui coûtera en tout 80 millions d'euros.

C'est ce qu'on peut lire dans le journal Het Nieuwsblad. Depuis son entrée en fonction, Reynders prépare une réforme complète, baptisée Coperfin, de son département. Le personnel sera redéployé dans des services plus professionnels et sera équipé de systèmes ICT modernes. Ce volet ICT de Coperfin s'appelle Opera.

De 2005 à ce jour, plus de 19 millions d'euros ont déjà été consacrés à Opera, sans grands résultats visibles. Reynders qualifie 2009 d'année charnière et demande encore plus de 4 millions d'euros pour que l'ensemble de l'opération Coperfin d'un coût de quelque 80 millions d'euros atteigne sa vitesse de croisière.

Mais l'Inspection des Finances s'oppose à ce nouvel investissement, comme il ressort d'un rapport que la rédaction de Het Nieuwsblad a pu consulter. "Compte tenu de la situation en Belgique, qui n'a rien d'utopique, il est du devoir des Finances de faire observer que si aucun engagement organisationnel et réglementaire n'est pris, les plus de 4 millions d'euros réclamés aujourd'hui constitueront non seulement un poste de dépenses important, mais aussi majoritairement une grande perte", mentionne-t-on.

L'Inspection exige "des accords mesurables, réalistes et circonstanciés" sur Coperfin, un point sur lequel Reynders ne semble pas se hasarder, selon le journal. En l'absence de tout accord de ce genre, l'Inspection remettra un "avis défavorable pour des raisons de gaspillage financier".

Source: Belga

Nos partenaires