rentrée scolaire : déjà des retardataires

02/09/16 à 15:30 - Mise à jour à 15:22

Source: Rtbf

Comme chaque année, le 1er septembre marque la rentrée scolaire. Pourtant de nombreux étudiants du secondaire sont toujours sans école. La ministre de l'Education et de l'enseignement obligatoire, Marie-Martine Schyns, nous explique ce phénomène et les nouveautés de la rentrée.

Ce 1er septembre à midi, 162 élèves inscrits en première année de l'enseignement secondaire étaient toujours sans école. C'est ce qu'a indiqué Marie-Martine Shyns, ministre de l'Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En fin de journée, ce nombre chutait à 138, dont 133 en Région bruxelloise. La ministre insiste sur le fait que : "Ce chiffre reste théorique et devrait diminuer rapidement. Tout est mis oeuvre pour régler ce problème." Aucune répartition en termes de régions, provinces et réseaux n'a été communiquée. Le décompte précédent datait du 24 août et annonçait 259 enfants sans école, dont 242 rien que pour la capitale.

Dans le cadre du décret Inscriptions de la Fédération, les élèves doivent indiquer leur choix pour la rentrée et ce jusqu'à dix écoles. Ces jeunes doivent donc s'inscrire rapidement dans une école, même si celle-ci ne fait pas partie de leur premier choix. Toutefois, la ministre relativise et indique qu'ils étaient 151 dans le même cas à la rentrée 2015. La Commission inter-réseaux des inscriptions (Ciri) a indiqué qu'il subsistait encore plus de 1500 places libres dans 62 écoles de la Région bruxelloise.

Marie-Martine Schyns s'est également exprimée sur le cours de citoyenneté, l'une des mesures du Pacte d'excellence qui pose encore question. La ministre n'a pas donné de date butoir, mais ce cours devrait être mis en application durant cette année scolaire. Il s'agira d'un cours d'une heure où tous les étudiants d'une même classe se rassembleront et ce au-delà des différences confessionnelles pour apprendre à mieux connaître les autres, valoriser le respect, le vivre ensemble et les valeurs fondamentales de la démocratie.

Nos partenaires