Réduction de 3 pour cent du trafic du courrier belge en 2011 en raison de l'e-mail

19/01/12 à 16:27 - Mise à jour à 16:27

Source: Datanews

Bpost a recensé l'année dernière une diminution de 3 pour cent du trafic du courrier. Le nombre de petits colis a lui grimpé de 10 pour cent. L'e-mail, internet et l'e-commerce y ont contribué.

Réduction de 3 pour cent du trafic du courrier belge en 2011 en raison de l'e-mail

Bpost a recensé l'année dernière une diminution de 3 pour cent du trafic du courrier. Le nombre de petits colis a lui grimpé de 10 pour cent. L'e-mail, internet et l'e-commerce y ont contribué.

"Ces dix dernières années, le trafic du courrier a régressé d'1 pour cent par an. L'an dernier, l'on atteignit cependant 3 pour cent, tout comme lors de l'année de crise 2009." Voilà ce qu'a expliqué, hier, Johnny Thijs, le directeur de Bpost lors de la 'Rentrée économique de Trends-Tendances' au Cercle de Wallonie de Seraing. Il a cependant ajouté que le nombre de petits colis a lui crû de 10 pour cent, notamment grâce à l'e-commerce. "Cela reste pourtant minime par rapport aux plus de 3 milliards de lettres", a ajouté Johnny Thijs.

L'année dernière, l'on a expédié 20 à 30 millions de petits paquets avec la fonction 'track and trace', selon le porte-parole de Bpost. Il s'agit là typiquement de petits colis d'e-commerce. "Le recul en Belgique du trafic du courrier est encore limité en comparaison avec ce qui se passe dans d'autres pays, tels les Pays-Bas et l'Allemagne, où l'on observe une baisse de 6 à 7 pour cent. Au Danemark, où les autorités sont passées à l'e-gouvernement de manière entièrement numérique, l'on en arrive même à une diminution de 10 pour cent", a encore déclaré le porte-parole.

Thierry Geerts, country manager de Google Belgique, a expliqué pour sa part que "la Belgique accuse un net retard sur le plan de l'e-commerce avec à peine 2,4 pour cent du PNB. C'est nettement moins qu'aux Pays-Bas. Cela nous préoccupe, mais il s'agit en même temps aussi d'une opportunité à saisir".

Bpost, Google et Belgacom ont lancé en mars de l'an dernier une initiative par laquelle les PME pouvaient créer un site web gratuit, grâce à Google, et envoyer de petits colis à tarif réduit via Bpost. A l'époque, les protestations avaient fusé, et le ministre de l'économie Van Quickenborne avait dû se justifier.

L'objectif était alors de mettre 20.000 PME en ligne. L'on ne sait pas clairement si l'on y est arrivé. "L'on peut toujours faire mieux", a réagi le directeur de Bpost, Johnny Thijs, de manière laconique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires