Recul du besoin d'externalisation en Inde

23/04/08 à 11:20 - Mise à jour à 11:19

Source: Datanews

Les entreprises ne choisissent plus aussi rapidement de sous-traiter leurs services en Inde. Les grands fournisseurs de services indiens enregistrent une réduction de leurs marges bénéficiaires.

Les entreprises ne choisissent plus aussi rapidement de sous-traiter leurs services en Inde. Les grands fournisseurs de services indiens enregistrent une réduction de leurs marges bénéficiaires.

Le besoin d'externalisation IT en Inde se réduit. Voilà ce qu'observent les fournisseurs de services indiens. Deux acteurs en vue, Tata Consulting Services et Satyam Computer Services, ont présenté au début de cette semaine leurs résultats financiers qui indiquent que la demande de services IT en Inde est moins importante que prévu.

"Le chiffre d'affaires attendu n'a pas été atteint, et le bénéfice a été inférieur aux prévisions. Mais nous tablons encore et toujours sur une croissance au cours de l'exercice prochain", déclare N. Chandrasekar, 'chief operating officer' chez Tata Consulting Service. Chez Satyam, les résultats financiers sont également moins bons que prévu. "Nous essayons, en parlant avec nos clients, de déterminer leurs besoins. Il est probable que la crise du crédit entraîne un recul des budgets IT. Par ailleurs, cela engendre aussi des opportunités pour nous", explique le président du conseil d'administration, B. Ramalinga Raju, du fournisseur indien de services Satyam.

Les marges bénéficiaires sous pressionLes fournisseurs de services indiens Wipro et Infosys s'attendent eux aussi à ce que leur chiffre d'affaires soit en recul au cours des deux prochains trimestres. Cela est dû entre autres à la crise du crédit aux Etats-Unis qui exerce une pression sur les marges bénéficiaires en Inde. Les frais de personnel augmentent sans cesse, alors que les rentrées diminuent en permanence en raison de la faiblesse du dollar.

Wipro tente de lutter contre le recul de son bénéfice en attirant du personnel jeune. L'entreprise pense qu'il est plus économique d'attirer des étudiants et de les former, plutôt que d'engager du personnel expérimenté. En 2006/2007, 56 pour cent du nouveau personnel de Wipro sortaient de l'école, alors qu'en 2007/2008, cette proportion atteignait les 93 pour cent.

En collaboration avec Computable

Nos partenaires