Real Impact Analytics : de 2 à 35 collaborateurs en 4 ans

13/02/14 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Datanews

L'expression "success story" est souvent galvaudée. Mais l'histoire du spécialiste en outils analytiques Real Impact Analytics a en tous cas démarré sur les chapeaux de roue.

Real Impact Analytics : de 2 à 35 collaborateurs en 4 ans

L'expression "success story" est souvent galvaudée. Mais l'histoire du spécialiste en outils analytiques (ou 'big data" pour faire plus moderne) Real Impact Analytics a en tous cas démarré sur les chapeaux de roue : des bureaux à Bruxelles, Dubai, Johannesburg et Sao Paulo et un chiffre d'affaires qui dépasse déjà les 3 millions d'euros ...

En à peine 4 ans, la jeune entreprise 'mondialo-bruxelloise' Real Impact Analytics a réussi à se faire un nom dans le petit monde des fournisseurs de solutions analytiques pour le marché télécom. Un secteur dominé par quelques gros acteurs génériques comme IBM ou SAS, et un petit groupe d'acteurs de niche. En novembre dernier, la jeune entreprise a même réussi à entrer sur le radar de l'analyste Gartner, catégorie "Big data analytics in telecom".

Nullement prophète en son pays (aucun client en Belgique à ce jour), la start-up connaît une croissance impressionnante : déjà 35 collaborateurs, dont une armée de "Solvay boys" ayant fait leurs armes dans de grands cabinets de consultance. Son chiffre d'affaires, en doublement chaque année, a frôlé les 3 millions d'euros fin 2013 et devrait atteindre ... entre 6 et 8 millions cette année.

La clé de ce démarrage en trombe ? "Nous avons pris le pari de nous concentrer sur les pays émergents, où les gros acteurs sont peu présents. Et de nous focaliser sur les secteurs télécom (ndlr : 65% du chiffre d'affaires) et bancaire (environ 20%). Ces deux marchés sont d'ailleurs très liés dans les pays émergents, où l'argent circule beaucoup via les téléphones mobiles," nous explique le cofondateur Sébastien Deletaille via Skype depuis le Kenya, où il passe l'essentiel de son temps ainsi qu'à Dubai.

"Paradoxalement, les cycles de vente pour des solutions analytiques sont moins compliqués et longs en Afrique qu'en Europe où aux Etats-Unis, où les opérateurs ont déjà des solutions en place et hésitent à en changer. Ca fait par exemple trois ans qu'on discute avec Belgacom."

Real Impact Analytics a par contre réussi à convaincre des filiales d'Airtel (d'origine indienne), MTN (Afrique du sud), Telefonica ou Orange. Airtel devrait d'ailleurs bientôt lui ouvrir les portes de l'Inde et de ses 300 millions d'abonnés. La start-up a également un partenariat commercial avec Swift.

Real Impact Analytics aide les opérateurs à fidéliser leurs clients par des campagnes mieux ciblées, à améliorer les revenus par client ou à monitorer leurs réseaux, améliorer leur couverture, etc. "La plupart des opérateurs ont des systèmes BI en place mais 80% en sont mécontents. Ils travaillent par silos et n'ont pas une vision globale. Ils recherchent également des applis innovantes, intégrant les flux sur les réseaux sociaux. Nous venons avec une solution qui se greffe sur leurs outils existants."

Des conseillers de premier plan

Real Impact Analytics a réussi à d'attirer des carrures du secteur dans son comité consultatif. On retrouve ainsi dans son advisory board Tom Davenport, un des papes de la Business Intelligence, professeur à Harvard et auteur du best-seller "Competing on Analytics : the New Science of Winning".

"J'avais été l'aborder au culot lors d'un événement de Deloitte à Louvain-la-Neuve, où on avait gagné un prix. Et il a accepté ..." Un autre conseiller est Jean Bolot, directeur du research lab de Technicolor à Palo Alto, qui invente la télévision ou le cinéma de demain.

Plus près de nous, Real Impact Analytics a récemment décroché le prix RISE (jeunes entreprises innovantes) décerné par Innoviris pour la Région bruxelloise.

Passeport :

Nom : Real Impact Analytics (realimpactanalytics.com)
Année de création : 2009
Siège social : Bruxelles
Effectifs : 35
Capitaux : financement sur cash flow opérationnel, entièrement sur fonds propres. Les deux cofondateurs + 10 autres collaborateurs sont actionnaires (modèle de partnership)


En savoir plus sur:

Nos partenaires