Ray Stewart considéré comme favori au poste de CEO ad intérim de Belgacom

13/11/13 à 11:08 - Mise à jour à 11:08

Source: Datanews

Si Bellens doit s'en aller, le CFO de l'entreprise, Ray Stewart, est prêt à prendre temporairement le relais.

Ray Stewart considéré comme favori au poste de CEO ad intérim de Belgacom

Si Bellens doit s'en aller, le CFO de l'entreprise, Ray Stewart, est prêt à prendre temporairement le relais.

Selon des sources du journal De Tijd, le scénario serait déjà fin prêt au cas où le gouvernement déciderait que Bellens doive renoncer à sa fonction de CEO de Belgacom, quelque chose qui n'est pas improbable au vu des événements de ces dernières semaines.

L'Américain Stewart est depuis 1996 déjà le directeur financier de Belgacom et a été aussi le CEO ad intérim après le décès de John Goossens en 2002. Il ne s'agirait cependant pas pour lui d'une nomination définitive. Selon De Tijd, le conseil d'administration souhaiterait lui-même rechercher un candidat. Il ne serait donc plus question d'une nomination purement politique.

Dans De Tijd, l'on peut aussi découvrir des mails confidentiels dans lesquels l'on peut lire que Didier Bellens a, de sa propre initiative, fait contrôler les activités IT et le comportement de certains de ses collaborateurs. Ces pratiques vont du reste tellement loin que certains membres du conseil d'administration communiquent par le biais de cartes prépayées, du réseau de la concurrence ou via des comptes e-mail alternatifs.

Bellens est donc encore et toujours dans l'oeil du cyclone qui fait rage depuis quelques semaines déjà, mais qui s'est formé au fil du temps. Le supposé conflit d'intérêts à propos d'Immobel, la promotion d'une 'protégée', les plaintes du parlementaire Roel Deseyn adressées au président du CD&V, Wouter Beke, ainsi que les récriminations de Bellens lui-même à l'égard de l'Etat actionnaire ne sont que les plus récents faits d'armes qu'on lui reproche. Certains vont même jusqu'à suggérer que Bellens fait tout pour être licencié avec un parachute doré à la clé.

Ce n'est pas la première fois que Bellens se trouve dans la ligne de mire en raison de ses déclarations, actions ou nominations. Mais la rumeur selon laquelle Ray Stewart se tiendrait prêt à reprendre le poste de CEO ad intérim, pourrait accélérer la décision quant à la carrière de Bellens.

En savoir plus sur:

Nos partenaires