Quand le cybercriminel découvre le moteur de recherche

15/05/06 à 00:00 - Mise à jour à 14/05/06 à 23:59

Source: Datanews

Là où il y a des moutons, il y a tôt ou tard aussi le loup. De la même manière, l'utilisation de l'e-mail attire les auteurs de messages indésirables (spam), l'e-commerce et l'e-banking allèchent les auteurs d'actions d'hameçonnage (phishing), et l'utilisation intensive des moteurs de recherche est le paradis de pratiquement tous les cybercriminels. En moyenne, 5 pour cent des sites web figurant parmi les résultats d'une commande de recherche sur internet contiennent actuellement du logiciel malfaisant ou abusent de vos données.

En moyenne, 5 pour cent des sites web visités s'avèrent dangeureux d'une manière ou d'une autre (comprenez qu'ils contiennent du spyware ou de l'adware, adaptent les paramètres de votre navigateur, abusent de votre adresse e-mail pour des opérations de 'spamming', ...). 5 pour cent, cela peut paraître peu, mais si l'on envisage les milliards de commandes de recherche mensuelles, cela se traduit par quelques centaines de millions de problèmes possibles.Les chercheurs de SiteAdvisor, un spécialiste en logiciels de sécurité pour la toile mondiale, ont sélectionné 1.394 termes-clés populaires, en provenance de sources comme Google Zeitgeist ou Yahoo 2005 Top Searches. Ceux-ci ont été soumis à Google, Yahoo, MSN, AOL et Ask, après quoi les résultats ont été analysés par un logiciel de SiteAdvisor même, capable, selon l'entreprise, de déterminer si un site web contient des éléments dangereux.Même si les différences sont minimes, c'est Ask qui offre les résultats les plus périlleux, à savoir dans 6,1 pour cent des cas. C'est MSN qui s'en tire le mieux avec 3,9 pour cent. Yahoo atteint 4,3 pour cent, Google et AOL 5,3 pour cent. Les mots-clés les plus redoutables du moment sont: "free screensavers", "bearshare", "kazaa" et "download music". Bref: quasiment toujours des sites web concernés par le téléchargement.Ce qui est étonnant, c'est que les résultats sponsorisés contiennent deux à trois fois plus de sites web malfaisants que les résultats organiques. SiteAdvisor pointe par conséquent un doigt accusateur en direction des entreprises de moteurs de recherche qui font clairement passer le gain avant la qualité. Le fait que les résultats sponsorisés dégagent une sensation de fiabilité parce qu'ils sont placés en avant par l'entreprise du moteur de recherche, rend le problème encore plus préoccupant.

Nos partenaires