Prolongation de l'action "Internet pour Tous"

13/11/06 à 00:00 - Mise à jour à 12/11/06 à 23:59

Source: Datanews

Même si initialement, le rideau devait tomber le 31 décembre sur l'opération 'Internet pour Tous' menée par le cabinet du Ministre Fédéral à l'Informatisation, Vanvelthoven, le projet de la nouvelle loi programme semble accorder une prolongation à l'initiative.

Le projet de la nouvelle loi programme prévoit une prolongation de l'initiative 'Internet pour Tous' (IpT). Le cabinet Vanvelthoven a confirmé la chose par la voix de son porte-parole, Koen Pardon: "La proposition est de prolonger IpT jusqu'au 19 avril 2007. La raison est double: d'une part, l'action est bien accueillie, et nous souhaitons renforcer son succès [le cabinet Vanvelthoven avait annoncé en août que 11.000 ensembles IpT avaient été vendus, ndlr]. D'autre part, l'objectif a toujours été de la mener pendant un an. Comme nous l'avons lancée le 19 avril 2006 - ce qui était plus tard que prévu en raison d'un travail législatif -, cette prolongation jusqu'au 19 avril de l'an prochain est donc logique." La loi programme devrait être examinée et adaptée par le parlement avant la Noël.Début 2007 - certaines sources evoquent le 30 janvier -, Microsoft lancera son nouveau système d'exploitation Windows Vista pour le grand public. Ce progiciel assez lourd provoquera-t-il une adaptation des exigences matérielles des ensembles IpT? "Nous n'avons fixé que des exigences minimales", répond le cabinet. "Si des fournisseurs veulent adapter les spécifications de leurs ensembles, ils doivent suivre une procédure administrative auprès du Fedict, le service public fédéral ICT. Une commission d'évaluation examinera alors si la raison des changements n'est pas de nature purement concurrentielle. Seuls des arguments économiques et technologiques - lisez: l'essentiel de Vista - peuvent conduire à une mise à niveau."Ramasse poussièreLe principal opposant à l'IpT a toujours été la BCD, la fédération des concessionnaires en informatique. Il n'en va pas autrement cette fois. "Cela ne nous fait pas perdre le sommeil car nous ne voulons pas trop ruer dans les brancards. Nous avons aussi appris cette nouvelle par des tiers. C'est bizarre car, dans le cadre de l'IpT, nous sommes en contact permanent avec le cabinet Vanvelthoven. On aurait donc pu s'attendre à un communiqué officiel", déclare le porte-parole Dirk De Jonghe. Et d'insister sur le fait que l'avis de la BCD est encore et toujours que l'offre doit être scindée en PC, internet et formation. "Si l'action se prolonge jusqu'en avril de l'an prochain, nous souhaitons que le concept soit aussi revu ultérieurement."Récemment, Jan Deprest, président du Fedict, affirmait à Data News: "Si l'on envisage le 'slipstream' de l'action - concrètement: ce qui est réellement vendu à côté et par l'IpT - je peux dire de manière certaine qu'il n'y a plus de critique aujourd'hui." Dirk De Jonghe trouve ces propos un peu courts: "Fin de l'an dernier, les chiffres de vente étaient catastrophiques. C'était dû à la conjoncture et à rien d'autre. Actuellement, les choses s'améliorent dans notre secteur. Mais dire que c'est grâce à l'IpT plutôt qu'à un redressement du marché, c'est un non-sens."A propos des chiffres de vente que Vanvelthoven annonçait en août, De Jonghe souhaite aussi apporter un commentaire: "Cela nous fait rire. Si 3.000 concessionnaires achètent par exemple chacun 3 ensembles IpT, le cabinet n'hésite pas à affirmer que 9.000 exemplaires ont été vendus, alors qu'en réalité, nombre de ces boîtes sont en train d'accumuler la poussière dans nos magasins."

Nos partenaires