Projet de restructuration chez Yahoo? "Des têtes devront tomber!"

21/11/06 à 00:00 - Mise à jour à 20/11/06 à 23:59

Source: Datanews

Un dirigeant du groupe estime qu'une restructuration est nécessaire.

Les géants du Web se livrent une guerre acharnée sur plusieurs fronts. Un dirigeant de Yahoo vient de déclarer que son groupe était mal organisé pour faire face à la concurrence.Dans une note interne intitulée "Manifeste du beurre de cacahuète", publiée par le Wall Street Journal, Brad Garlinghouse, vice-président, évoque l'impérieuse nécessité d'une profonde restructuration.."Les têtes doivent tomber", écrit-il, estimant qu'il faudrait réduire les effectifs du groupe de 15% à 20%, soit 2.000 suppressions de postes au maximum. Il s'agirait "d'éliminer les doublons bureaucratiques", ajoute-t-il.Il s'agirait de porter les efforts de l'entreprise sur quelques priorités plutôt qu'étaler largement et insuffisamment les ressources "comme du beurre de cacahuète sur une tartine". "Il faut changer et il faut changer bientôt" conclut-il.Il faut dire que les derniers résultats trimestriels de Yahoo! ont déçu. L'augmentation du chiffre d'affaires de Yahoo ne peut masquer la pression de la concurrence et la déception des ventes des publicités professionnelles en ligne sur le troisième trimestre.Le chiffre d'affaires du portail a progressé de 19 % à 1,58 milliard de dollars. Hors coût d'acquisition du trafic (reversé aux sites affiliés qui publient ses pubs), le chiffre d'affaires a progressé de 20 % à 1,12 milliard de dollars (1,14 attendus).Côté bénéfice net, en tenant compte d'une charge de stock-options de 80 millions, il recule de -37 % à 159 millions de dollars ou 11 cents par action, légèrement au-dessus des attentes (156 millions et 11 cents).Terry Semel, CEO de Yahoo, n'a pas caché sa déception : "Nous ne sommes pas satisfaits de notre performance financière au troisième trimestre. "Pour le trimestre en cours, Yahoo a révisé ses objectifs à la baisse et en dessous du consensus, dans une fourchette de 1,15 à 1,27 milliard de dollars de chiffre d'affaires, confirmant une faiblesse persistante.

Nos partenaires