Wim Kopinga
Wim Kopinga
Redacteur DataNews.be
analyse

11/10/16 à 12:19 - Mise à jour à 13:33

Pourquoi le fiasco du Galaxy Note 7 ne brisera pas Samsung

Depuis la présentation du Galaxy Note 7 en août, le plus important vendeur de smartphones au monde a vu s'accumuler les contretemps. A tel point qu'il a aujourd'hui décidé de stopper définitivement son nouvel appareil. Cela s'apparente à un cauchemar PR, mais Samsung ne rompra pas pour autant.

Pourquoi le fiasco du Galaxy Note 7 ne brisera pas Samsung

© Samsung

Avec le Galaxy Note 7, le fabricant voulait prendre définitivement le dessus sur Apple. Comme l'iPhone 7 de cette dernière s'avérait peu innovant, Samsung entendait en profiter pour lancer sur le marché un top-appareil plus tôt qu'Apple. Et cela s'annonçait sous les meilleurs auspices, puisque dans son pays d'attache, la Corée du Sud, les précommandes battaient leur plein. Avant même que l'appareil ne soit commercialisé, le nombre d'exemplaires vendus était déjà deux fois plus élevé que celui des S7 et S7 Edge avant leur lancement, alors que ses tests s'avéraient très bons. Mais la hâte mise pour une introduction du Galaxy Note 7 avant celle de l'iPhone 7 a eu un effet boomerang pour les Coréens.

En effet, le fabricant asiatique se vit forcé de rappeler rapidement les 2,5 millions d'appareils vendus. Leur accu s'échauffait trop lors de la recharge, et l'appareil s'enflammait. En témoignent les photos et vidéos de téléphones cramés sur les réseaux sociaux et l'interdiction d'encore les utiliser dans les avions, prise par des autorités aériennes. Le lancement accéléré a fait en sorte que Samsung a subi pas mal de critiques de la part des consommateurs et du monde technologique en général.

Au terme de l'opération de rappel, Samsung sortit rapidement un exemplaire de substitution destiné à résoudre le problème, mais très vite, l'on apprit que ce modèle pouvait lui aussi se consumer à cause de sa batterie.

De report en arrêt

Après que la sortie de l'appareil dans notre pays ait été reportée, les précommandes auraient dû être livrées hier lundi au Benelux, mais Samsung annonça au dernier moment que tel ne serait pas le cas. La production de l'appareil devait être 'adaptée' au niveau mondial, avant l'annonce définitive, cette nuit de l'arrêt du Samsung Galaxy Note 7 . L'entreprise jette donc l'éponge.

Ce genre de problème qui se pose à un produit-phare du principal fabricant de smartphones au monde semble être une véritable catastrophe. Le même type de problème aurait également d'immenses conséquences pour l'iPhone, parce qu'Apple repose dans une très grande mesure sur la vente de ses smartphones. Mais Samsung a des ressources malgré les derniers messages faisant état d'une 'action qui dégringole'.

L'action de Samsung avait pourtant grimpé depuis le lancement du Note 7 en août. La semaine dernière, elle avait même atteint un niveau record, après que Samsung ait annoncé de manière étonnante qu'elle enregistrerait du bénéfice au cours de ce trimestre.

Comment est-ce possible?

Primo, l'opération de rappel de Samsung ne concerne qu'une toute petite partie de sa branche smartphones. Le Note 7 est certes important, mais l'entreprise dispose d'un tas d'autres appareils. Secundo, et plus important encore, Samsung Electronics est une énorme entreprise, dont les smartphones ne représentent qu'un faible composant. Comme le graphique ci-après l'illustre, la firme engrange des dizaines de milliards de bénéfice dans les autres secteurs où elle est active. Il en résulte donc que même cette deuxième opération de rappel n'est pas une catastrophe pour l'entreprise technologique. Elle pourrait même facilement survivre à une troisième.

Comment est-ce possible?

Primo, l'opération de rappel de Samsung ne concerne qu'une toute petite partie de sa branche smartphones. Le Note 7 est certes important, mais l'entreprise dispose d'un tas d'autres appareils. Secundo, et plus important encore, Samsung Electronics est une énorme entreprise, dont les smartphones ne représentent qu'un faible composant. Comme le graphique ci-après l'illustre, la firme engrange des dizaines de milliards de bénéfice dans les autres secteurs où elle est active. Il en résulte donc que même cette deuxième opération de rappel n'est pas une catastrophe pour l'entreprise technologique. Elle pourrait même facilement survivre à une troisième.

Perte énorme, mais pas de panique!

Selon les analystes à qui l'agence de presse Reuters a donné la parole, le rappel du Galaxy Note 7 aurait coûté 17 milliards de dollars à Samsung. En théorie, le Note 7 aurait pu être réintroduit sur le marché, même s'il est plus intelligent de supprimer cette appellation. Celle-ci était en effet déjà... brûlée, et si l'appareil avait été relancé plus tard cette année encore, il l'aurait été dans le sillage du Galaxy S8. Samsung possède une valeur marchande de 235 milliards de dollars et 69 milliards de dollars cash en banque. Elle peut donc parfaitement encaisser cette perte.

En matière de relations avec la presse, cette affaire fera pourtant mal à la marque Samsung. Des plaisanteries circulent déjà, et des commentaires pas piqués des vers ont vu le jour. Mais à part endosser la responsabilité des téléphones 'explosifs', personne chez Samsung ne perdra le sommeil suite au fiasco du Galaxy Note 7.

Infographic: The Size and Scope of Samsung's Business | Statista

En savoir plus sur:

Nos partenaires