Plus de Blackberry pour Sarkozy

20/06/07 à 00:00 - Mise à jour à 19/06/07 à 23:59

Source: Datanews

Le secrétariat général de la défense nationale (SGDN) français exclut l'utilisation des Blackberry par les fonctionnaires français. Ce lecteur de courriels portable bien connu et fabriqué par RIM serait dangereux pour la sécurité de l'Etat.

Un premier mémo rédigé par le SGDN, il y a un an et demi, a été confirmé, informent Le Monde et le Financial Times entre autres. Les Blackberry généreraient un "problème de sécurité de l'information". Le trafic de messages des appareils e-mail portables de RIM s'effectue en effet via des serveurs situés en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Ces pays pourraient donc intercepter les messages. Et si ces messages proviennent de fonctionnaires français situés tout en haut de la hiérarchie, d'éventuels secrets d'Etat pourraient être menacés.La crainte exprimée par le SGDN n'est pas si irréelle qu'elle n'y paraît. Swift, en charge du traitement international du trafic de messages entre les institutions financières, a récemment encore défrayé la chronique pour avoir cédé des informations aux services de renseignements américains. Cela n'a été rendu possible que parce que Swift possède aussi des systèmes de sauvegarde des messages aux Etats-Unis.De leur côté, les fonctionnaires français ne sont pas du tout ravis de cette directive et continuent d'utiliser leur Blackberry. Ils reprochent à la sécurité d'Etat d'être 'vieux jeu'. Le tout nouveau président français Nicolas Sarkozy est lui aussi un utilisateur intensif du Blackberry et devra donc rechercher un autre appareil.RIM, le fabricant canadien, a déjà réagi en déclarant que la National Security Agency américaine ne peut pas visualiser le contenu des messages envoyés via ses serveurs. Même l'origine des messages serait cryptée. RIM saisit l'occasion pour souligner que le Blackberry est agréé pour être utilisé par des dirigeants de l'OTAN, du Royaume-Uni, du Canada, des Etats-Unis, de Nouvelle Zélande et d'Autriche.

Nos partenaires