'Plus d'1/3 des applis Android contaminées par du malware'

Source: DataNews

Plus d'un tiers de l'ensemble des applis Android contiennent l'une ou l'autre forme de malware (maliciel). Voilà ce qui ressort d'une nouvelle recherche effectuée par Britisch Telecom (BT). L'opérateur télécom britannique a testé au moins 1.000 applications et a découvert que plus d'1/3 d'entre elles étaient contaminées par l'une ou l'autre forme de logiciel malfaisant actif ou passif.

Plus d'un tiers de l'ensemble des applis Android contiennent l'une ou l'autre forme de malware (maliciel). Voilà ce qui ressort d'une nouvelle recherche effectuée par Britisch Telecom (BT).

L'opérateur télécom britannique a testé au moins 1.000 applications et a découvert que plus d'1/3 d'entre elles étaient contaminées par l'une ou l'autre forme de logiciel malfaisant actif ou passif.

"Aujourd'hui, quasiment tous les appareils Android sont infectés par du malware", a expliqué Jill Knesek, head of global security de BT, lors de l'événement NetEvents organisé à Miami. "Trop souvent, l'on ne sait toutefois pas si le code malfaisant est actif ou non, et à quoi il sert précisément."

Le journaliste technologique Wayne Rash, qui fut le modérateur du panel durant lequel les résultats de la recherche de British Telecom ont été abordés, a déclaré qu'il était actuellement en train de tester un Galaxy S3 de Samsung (l'actuel top-modèle du géant technologique coréen) et qu'il avait même découvert du malware dans des applis officielles de Google.

"Il y a déjà nombre de logiciels anti-malware disponibles pour Android et pour d'autres systèmes d'exploitation mobiles, mais pour l'instant, peu de gens ont font usage", a ajouté Rash.

Par ailleurs, le malware présent dans les applis ne constitue qu'un des nombreux problèmes de sécurité auxquels les systèmes mobiles doivent faire face. C'est ainsi que les appareils GPS par exemple peuvent également être aisément piratés.

"Ce ne sera que quand des jeunes femmes seront traquées et assassinées à cause d'appareils GPS que les utilisateurs réaliseront que ce genre de système doit également être sécurisé", a-t-on affirmé à Miami.

En savoir plus sur:

Nos partenaires