Pic de déclarations de délits informatiques

20/07/07 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Avec 28.434 déclarations de criminalité informatique, nous avons à nouveau atteint un record en 2006. C'est ce qu'il ressort des chiffres de la Federal Computer Crime Unit (FCCU). En 2005, ce chiffre était de 17.490. Et en 5 ans, ce chiffre a été multiplié par 10.

Avec 28.434 déclarations de criminalité informatique, nous avons à nouveau atteint un record en 2006. C'est ce qu'il ressort des chiffres de la Federal Computer Crime Unit (FCCU). En 2005, ce chiffre était de 17.490. Et en 5 ans, ce chiffre a été multiplié par 10.

Ces chiffres sont présentés sur le site de la [Direction Générale Statistique et Information économique] du SPF Economie. 28.434 déclarations ont été enregistrées en 2006, et c'était déjà un record. En 2002, la FCCU enregistrait 2360 déclarations. L'an passé, nous étions à 17.490.

La majeure partie de ces déclarations - un petit 24.000 - porte sur l'escroquerie nigérienne : la victime reçoit un courriel lui demandant de verser un acompte pour ensuite soi-disant recevoir de grosses sommes d'argent, que la victime aura "gagnées" ou "aidé à récupérer" (cette escroquerie porte également le nom de "advanced fee fraud"). L'an passé, il n'y en avait eu "que" 11.181. D'autres délits informatiques en plein boom sont le phishing (attirer des gens vers un site bidon par le biais d'un courriel falsifié, pour obtenir leurs données personnelles, entre autres) et le terrorisme. Cette année, il y a eu 2422 déclarations de phishing, pour 1386 l'an passé. Et bien que cela soit encore limité, le nombre de déclarations d'actes terroristes ou de délits menaçant la sécurité publique est en augmentation : d'une vingtaine en 2005, nous sommes passés à 102 en 2006.

Pour la première fois, la possession ou la distribution de pornographie enfantine a diminué : nous sommes passés de 1144 l'an passé à 840 cette année.

Signalons encore que le site de la police fédérale a été il y a peu victime de pirates ([capture d'écran]). Les jeunes criminels ont été bien vite localisés.

Nos partenaires