Pas mal de remous à propos d'un brevet sur l'e-learning

01/09/06 à 00:00 - Mise à jour à 31/08/06 à 23:59

Source: Datanews

Aux Etats-Unis, l'attribution d'un brevet a de nouveau fait couler beaucoup d'encre. Cette fois, c'est le domaine de l'e-learning qui est visé.

Le terme e-learning désigne l'enseignement/l'apprentissage en ligne. Il peut s'agir ici aussi bien d'outils numériques au service de l'enseignement classique que de cours donnés entièrement via internet. Ce sont surtout les universités et les écoles supérieures qui y recourent abondamment, dans l'espoir que naisse ainsi un système didactique plus efficace et plus effectif. En Belgique et aux Pays-Bas, ce sont [essentiellement les progiciels de Blackboard et WebCT] qui sont utilisés. A noter que la première entreprise a récemment repris la seconde. Aux Etats-Unis, il n'en va pas autrement: Blackboard et WebCT dominent aussi le marché avec une part de soixante pour cent, tandis qu'eCollege et Desire2Learn détiennent les quarante pour cent restants. Quelques alternatives 'open source', comme Moodle, progressent également.L'attribution d'un brevet à Blackboard au début de l'année semble ancrer encore plus sa domination. L'entreprise a en effet fait breveter le concept d'une structure standard pour un environnement d'apprentissage numérique. Dans la pratique, ceci signifie que Blackboard peut accuser quasiment tout autre système d'e-learning d'atteinte à son brevet. L'entreprise déclare avoir procédé de la sorte pour protéger son investissement de cent millions de dollars dans les systèmes d'e-learning contre le plagiat. Et cela semble très sérieux puisque le jour même de l'annonce de l'attribution du brevet, Blackboard a déposé plainte contre Desire2Learn.Même si la plupart des écoles américaines utilisent les logiciels de Blackboard, l'affaire à provoqué une levée de boucliers de la part du groupe cible. Selon diverses universités, l'attribution du brevet fait en sorte que Blackboard peut aisément exclure les autres acteurs du marché, afin que l'offre et les possibilités de variation pour les systèmes d'e-learning diminuent radicalement.Pour prouver que le brevet ne tient pas debout, une page spéciale a été créée sur Wikipedia. Elle est destinée à démontrer que le concept d'e-learning existait bien avant le développement par Blackboard. C'est ainsi que l'idée de cette méthode d'enseignement aurait vu le jour au milieu du vingtième siècle déjà. Moodle a également élaboré sa propre page récapitulative, où la première forme d'e-learning remonte à 1960.Malgré les critiques, Blackboard continue d'affirmer qu'elle est en droit de protéger sa propriété intellectuelle. "Nous ne voulons couper les vivres à personne. Nous ne voulons pas freiner l'innovation. Nous ne recherchons qu'un dédommagement correct du travail que nous avons réalisé", déclare Matthew Small, avocat de Blackboard. John Baker, CEO de Desire2Learn, a annoncé qu'il allait combattre le brevet et la plainte par tous les moyens: "Nous espérons que grâce à notre résistance, tout le monde en profitera sur ce marché."

Nos partenaires