Pas de neutralité du net pour les réseaux mobiles

10/08/10 à 14:17 - Mise à jour à 14:17

Source: Datanews

Google et Verizon proposent de garder la neutralité du net sur les réseaux fixes, mais en même temps aussi de donner plus de pouvoir aux fournisseurs du haut débit mobile.

Pas de neutralité du net pour les réseaux mobiles

Google et Verizon proposent de garder la neutralité du net sur les réseaux fixes, mais en même temps aussi de donner plus de pouvoir aux fournisseurs du haut débit mobile.

Le géant internet et l'opérateur télécom soufflent le chaud et le froid quant à l'introduction de plusieurs vitesses et d''autoroutes' sur le net. Les deux parties ont présenté hier leur vision: elles plaident pour le maintien de la neutralité du net sur les réseaux standard fixes, tout en affirmant que les réseaux mobiles doivent être soumis à d'autres règles.

Le projet de Google et de Verizon succède à une prise de pouvoir ratée de la part du contrôleur télécom américain FCC (Federal Communications Commission). A les entendre, les deux entreprises ne sont directement opposées à une plus forte régulation et à un plus grand rôle exercé par la FCC, mais elles y assortissent quelques conditions.

Le document élaboré évoque une régulation 'modérée' des réseaux fixes. Aux yeux de Google et de Verizon, le contrôleur télécom américain doit donc disposer de plus de pouvoir, afin de punir les infractions à la neutralité du net. Actuellement, aucun site n'est avantagé ou pénalisé par les fournisseurs internet, et cela doit continuer, selon le duo.

Mais les réseaux mobiles, eux, ne seront pas pris en considération. Qui plus est, les deux géants estiment que la FCC n'a pas à s'en occuper. Les opérateurs mobiles doivent pouvoir traiter le trafic sur leurs réseaux comme bon leur semble.

D'un récent entretien vidéo avec le patron de Google, Eric Schmidt, il est du reste apparu qu'il apprécierait qu'un fournisseur mobile accorde la priorité aux petits films vidéo plutôt qu'aux pages web ordinaires et que les appels sur internet soient prioritaires sur le téléchargement d'un logiciel.

'Sur les réseaux mobiles (utilisés par les smartphones et les appareils tablettes), la vitesse disponible est limitée, et une approche 'plus intelligente' du réseau devrait faire en sorte que les nouveaux services se voient offrir une vraie chance de percer', selon le raisonnement. Ce n'est pas un hasard si Verizon est l'un des grands opérateurs mobiles aux Etats-Unis.

Les entreprises technologiques plaident pour la création d'un système hiérarchisé pour les réseaux mobiles, où plusieurs vitesses seraient utilisées pour les divers services en ligne. Il ne pourrait y avoir de discrimination en fonction du fournisseur d'un service, mais sur base du service même. Et de citer la diffusion vidéo en direct (live videostreaming) et les services de santé et d'enseignement comme exemples de services qui méritent un traitement spécial.

Dans un tel scénario, il ne pourrait néanmoins pas être exclu que les fournisseurs du haut débit demandent de l'argent aux parties qui veulent utiliser les 'voies plus rapides'. Google par exemple serait déjà prête à plonger la main dans sa bourse pour faire traiter en priorité le trafic des données en provenance de services gloutons en haut débit, tels YouTube.

En outre, la proposition émanant du duo contient encore quelques exceptions en ce qui concerne la neutralité du net pour les connexions à haut débit. C'est ainsi que les fournisseurs du haut débit devraient pouvoir proposer quand même des services en ligne complémentaires, afin de pouvoir se distinguer de la concurrence. Des services tels que les applications de jeu sophistiquées, qui figurent dans la catégorie 'complémentaire' et sortent donc de la neutralité du net proposée.

La FCC aurait entretemps déjà rejeté le document de Google et de Verizon.

En savoir plus sur:

Nos partenaires