Oracle perd le 'père de Java'

14/04/10 à 17:42 - Mise à jour à 17:42

Source: Datanews

James Gosling, le 'père de Java', quitte Oracle, où il était CTO du client software group.

James Gosling, le 'père de Java', quitte Oracle, où il était CTO du client software group.

Après le rachat de Sun Microsystems par Oracle, toute une série de vétérans de Sun avaient déjà délaissé l'entreprise, mais avec le départ de James Gosling, c'est assurément une - si pas la - figure de proue du phénomène Java chez Sun qui s'en va. Après la reprise, James Gosling avait été nommé chief technology officer du client software group d'Oracle, mais il a donc remis sa démission le 2 avril dernier. Il n'a donné aucune raison spécifique pour son départ, sauf la remarque que cela lui ferait plus de mal que de bien de faire un commentaire précis et de franc à ce propos.

L'on sait cependant que lors d'une précédente tentative de rachat déjà - à l'époque par IBM -, Gosling avait posé des questions sur de possibles conflits 'culturels' entre le repreneur et le personnel de Sun. Comme Gosling est ce qu'on appelle un électron libre dans le monde tout aussi libre de Java, son départ n'est certainement pas une surprise. Un autre partant, à savoir l'inventeur de XML, Tim Bray, a même déclaré sur Twitter qu'il était étonné que Gosling ait tenu aussi longtemps.

L'on ne sait pas ce que Gosling va faire. Il prétend en tout cas aspirer à une période de calme, avant de rechercher un nouveau travail.

D'origine canadienne (Calgary, Alberta), Gosling a décroché son premier diplôme en sciences informatiques à l'université de sa ville natale, suivi d'un doctorat à la Carnegie-Mellon University. En 1984, il entra au service de Sun Microsystems. Le langage qu'il y créa pour le projet 'Oak' - un environnement virtuel pour les décodeurs numérique TV notamment - gagna la plate-forme Java qui intègre aujourd'hui tous les composants possibles: des smartcards aux top-serveurs. En Belgique, il avait été plusieurs fois l'invité de l'événement annuel Java pour les développeurs, Devoxx (ex-JavaPolis).

En savoir plus sur:

Nos partenaires