Open VLD: 'Le gouvernement doit s'occuper des dangers de l'impression 3D'

24/05/13 à 11:58 - Mise à jour à 11:58

Source: Datanews

Le gouvernement doit réaliser une analyse des menaces possibles de l'impression 3D dans l'optique de la propagation et de l'accès aux armes. Sur base de cette analyse, il devra prendre des initiatives légales en vue d'améliorer la législation actuelle. Voilà ce qu'affirment Open Vld.

Open VLD: 'Le gouvernement doit s'occuper des dangers de l'impression 3D'

Le gouvernement doit réaliser une analyse des menaces possibles de l'impression 3D dans l'optique de la propagation et de l'accès aux armes. Sur base de cette analyse, il devra prendre des initiatives légales en vue d'améliorer la législation actuelle. Voilà ce qu'affirment les sénateurs Open Vld Jean-Jacques De Gucht et Martine Taelman dans une proposition de résolution. Cette problématique doit également être abordée sur le plan européen.

L'impression 3D est une technologie qui engendre d'énormes possibilités et qui intègre un très grand potentiel économique, selon De Gucht et Taelman. Mais d'un autre côté, il s'agit comme toujours d'être prudent avec les nouvelles technologies. C'est ainsi que récemment, un pistolet a pu être fabriqué avec une imprimante 3D. Une arme capable de tirer des balles et malaisément détectable dans les aéroports par exemple. Les plans de cette arme ont aussi été brièvement mis en ligne, de sorte que quiconque le souhaite, pourrait imprimer sa propre arme.

Voilà pourquoi et étant donné la difficulté d'intervention sur internet et l'évolution rapide de l'impression 3D, il est urgent, selon les sénateurs Open Vld, d'analyser les menaces possibles et, si nécessaire, de prendre les mesures qui s'imposent pour les combattre. Les services de sécurité doivent détecter et affronter les dangers éventuels en collaboration avec la police internet.

En raison du caractère transfrontalier d'internet, il conviendra surtout, selon De Gucht et Taelman, de porter l'affaire aux niveaux politiques (européens) supérieurs. (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires