On va de nouveau dépenser plus dans l'IT

18/01/16 à 13:37 - Mise à jour à 13:37

Source: Datanews

Cette année, le monde devrait consacrer un peu plus d'argent à l'IT que l'année dernière. Mais en raison notamment d'un dollar fort, la croissance demeurera limitée, sauf pour les logiciels.

On va de nouveau dépenser plus dans l'IT

© iStock

Dans ses prévisions pour 2016, l'analyste Gartner s'attend à ce l'on dépense cette année 0,6 pour cent de plus dans l'IT, soit un montant de 3,52 billiards de dollars (3,54 trillions de dollars). Alors que les 'Devices & Communications Services' régresseront, les 'Data Centre Systems' et les 'IT Services' croîtront chacun de quelque trois pour cent. Quant au 'Software', il progressera de plus de 5 pour cent.

Mais la croissance prévue pour cette année ne compensera pas le fait que nous avons l'année dernière dépensé 215 milliards de dollars de moins qu'en 2014. Selon Gartner, il faudra attendre jusqu'en 2019, avant que le secteur retrouve son niveau normal.

.

. © Gartner.

Pour Gartner, cette croissance limitée s'explique entre autres par un dollar toujours plus fort. Par ailleurs, le climat économique ambiant en Russie, au Japon et au Brésil fait en sorte que la vente d'appareils ('devices') connaît un creux. Il convient d'y ajouter que sur les marchés émergents, ce sont surtout les téléphones bon marché qui ont du succès, mais que les tablettes y éprouvent des difficultés.

Le marché des serveurs, que Gartner range dans la catégorie 'Data Centre Systems', fait pour sa part mieux qu'attendu, ce qui devrait être le cas durant tout cette année, selon l'analyste. Les 'IT services' se distinguent également en raison de l'adoption et de l'acceptation de l'infrastructure 'cloud'.

Dans le segment 'Communications Services', le cabinet d'analystes table sur un recul à cause notamment de la suppression des coûts d'itinérance ('roaming') en Europe et dans certaines parties de l'Amérique du Nord. Le nombre de communications et le volume de données augmenteront probablement, mais pas assez pour compenser la perte de revenus due à la suppression de l'itinérance.

Nos partenaires