Obama libère 126 millions de dollars pour un système 'exascale'

18/02/11 à 12:13 - Mise à jour à 12:13

Source: Datanews

Dans le budget américain pour 2012, 126 millions de dollars seraient prévus pour le développement d'un système exascale, la toute nouvelle génération de superordinateurs.

Obama libère 126 millions de dollars pour un système 'exascale'

Dans le budget américain pour 2012, 126 millions de dollars seraient prévus pour le développement d'un système exascale, la toute nouvelle génération de superordinateurs.

'Exascale' fait référence au fait que la somme de tous les processeurs du système atteint le niveau d'un ExaFLOPS/s (un trillion de calculs par seconde) et que tous les autres composants, comme la taille et la vitesse de la mémoire, l'espace de stockage des données, la largeur de bande et le temps de latence sont proportionnels. L'on atteindrait ainsi mille fois le niveau de l'actuelle génération de superordinateurs, qualifiés de 'petascale'.

Le président américain Barack Obama a, dans sa proposition de budget pour 2012, prévu 126 millions de dollars pour ce qu'on appelle l''exascale development'. C'est d'ailleurs la première fois que cette expression est explicitement utilisée dans le cadre d'une proposition budgétaire, selon le site américain Computerworld. L'argent serait transféré à l'U.S. Department of Energy, qui, aux Etats-Unis, est en charge du développement de superordinateurs. Pour 2011, le budget prévu pour l''extreme scale computing' (tel qu'il est qualifié aujourd'hui) est de 24 millions de dollars, 5 fois moins environ donc.

Computerworld estime en outre qu'un système exascale pourrait voir le jour d'ici 2018 à 2020, "mais cela dépend de l'évolution des systèmes logiciels capables d'utiliser jusqu'à 100 millions de coeurs (cores)." Le superordinateur le plus rapide aujourd'hui est le chinois Tianhe-1A, qui atteindrait un pic théorique de 4,701 péta-flops. Les superordinateurs sont exploités à des fins de simulation et de modélisation de processus (par exemple dans le domaine climatique).

En savoir plus sur:

Nos partenaires