Netflix aurait envisagé de racheter une chaîne de salles de cinéma

20/04/18 à 13:26 - Mise à jour à 13:25

Source: Datanews

Netflix aurait caressé l'idée de racheter des salles obscures dans le but d'améliorer sa réputation de service de diffusion (streaming) dans l'industrie cinématographique.

Netflix aurait envisagé de racheter une chaîne de salles de cinéma

Mudbound, l'un des films pour lequel Netflix a été nominée cette année aux Oscars. © Netflix

Le service de streaming Netflix aurait envisagé de faire le bond vers le grand écran, selon le journal Los Angeles Times. Il aurait en effet examiné la possibilité de racheter une série de cinémas à Los Angeles et à New York, pour projeter sur le grand écran des films autoproduits.

Il s'agissait spécifiquement d'une chaîne appelée Landmark Theatres, mais ce projet a finalement capoté, parce que le prix demandé était trop élevé. L'une des raisons possibles pour Netflix d'exploiter des salles obscures aurait été d'améliorer quelque peu sa réputation - et celle de ses films - au sein de l'industrie cinématographique.

Pas les bienvenus à Cannes

Depuis quelque temps déjà, Netflix tente de passer du rôle de service de diffusion pur à celui d'entreprise de médias à part entière. L'entreprise entend investir cette année huit milliards de dollars dans son propre contenu et produire ainsi des séries et des films notamment, mais le problème, c'est qu'elle est encore considérée de manière très condescendante par l'industrie cinématographique.

C'est ainsi que Steven Spielberg estime que les films de Netflix ne devraient pas pouvoir être nominés pour les Oscars. Plus tôt ce mois-ci, il en a déjà été de même au festival de Cannes. Même si l'année dernière, Netflix y était présente avec deux films ('Okja' et 'The Meyerowitz Stories to the Croisette'), tel n'est pas le cas cette fois.

Une nouvelle règle adoptée par l'organisation du festival stipule en effet que les films ambitionnant de prendre part au festival, doivent être projetés dans les cinémas français. Cela contrarie fortement Netflix, parce qu'une loi française exige en effet un délai de 36 mois entre la projection d'un film dans les salles et les premiers passages sur les plates-formes domestiques. Netflix devrait donc patienter trois mois avant de pouvoir les diffuser. Conclusion: aucune production Netflix dans la course pour le 'meilleur film' cette année.

Cannes avait encore proposé de projeter les films en dehors du circuit, mais Netflix a poliment refusé. "Nous voulons que nos films soient traités de la même manière que ceux d'autres producteurs", a déclaré Ted Sarandos, chief content officer de Netflix, dans une interview accordée au magazine spécialisé Variety. "Participer au festival et voir que nos films et nos réalisateurs y sont traités sans aucun respect, c'est un risque que nous ne voulons pas courir."

Nos partenaires