Netflix accusée de proposer de la vidéo hors ligne

07/02/17 à 13:26 - Mise à jour à 13:26

L'option de télécharger des films et des séries sur Netflix pour les visionner ensuite hors ligne vient tout juste de fêter ses deux premiers mois qu'elle est déjà dans le collimateur d'un bureau d'avocats américains qui lui intente un procès.

Netflix accusée de proposer de la vidéo hors ligne

© iStock

Le bureau constitué de deux avocats est connu sous l'appellation Blackbird Technologies, mais il ne développe pas lui-même de produits technologiques. Il a en fait la réputation d'intenter des procès sur base de brevets en sa possession. Ce type de procès s'apparente à ce qu'on appelle en jargon le Patent Trolling, selon le site web technologique arstechnica. Cette pratique est le lot d'entreprises qui ne produisent rien par elles-mêmes, mais qui ont simplement une collection de brevets dans leur portefeuille avec lesquels elles tentent par la voie juridique de se faire de l'argent au détriment de firmes qui enfreignent lesdits brevets.

Outre Netflix, le bureau s'en est déjà pris également à des entreprises de diffusion vidéo et musicale tels Soundcloud et Vimeo, parce qu'elles proposent des services qui enfreignent des brevets qu'il possède.

Ancien brevet

US Patent No. 7,174,362 n'est pas récent. Il a en effet été imaginé en 2000, avant même qu'il soit question de services de diffusion tels Netflix, Spotify et Twitch. La licence évoque du reste encore un système par lequel les données 'streamées' (diffusées) sont stockées sur un CD-R pour être envoyées ensuite par la poste.

La terminologie du document juridique est donc si vague ("computer-implemented method of data duplication") que Blackbirds Technology y voit encore une opportunité d'empocher de l'argent par le truchement d'un procès. Mais le brevet a le mérite d'exister et de ne pas tomber du ciel.

Tant Netflix que HBO ont débuté fin des années 90 sous forme de services DVD-by-Mail, un système par lequel le consommateur pouvait louer par courrier (et plus tard par téléphone) des vidéocassettes et des DVD qui lui étaient livrés à domicile.

Netflix et les autres entreprises accusées n'ont pas encore réagi à cette affaire de brevets.

En savoir plus sur:

Nos partenaires