Ne perdez plus votre temps avec Tinder et son concurrent belge Stepout

28/07/14 à 15:07 - Mise à jour à 15:07

Source: Datanews

Quelqu'un vous plaît-il? Effectuez alors un balayage vers la droite sur votre smartphone. Ce n'est pas votre genre? Balayez dans ce cas vers la gauche. Ou comment fixer des rendez-vous indolores sur internet avec l'appli Tinder, mais à présent aussi avec sa concurrente belge Stepout, l'oeuvre des créateurs de Netlog et Twoo.com.

Ne perdez plus votre temps avec Tinder et son concurrent belge Stepout

© Reuters

Quelqu'un vous plaît-il? Effectuez alors un balayage vers la droite sur votre smartphone. Ce n'est pas votre genre? Balayez dans ce cas vers la gauche. Ou comment fixer des rendez-vous indolores sur internet avec l'appli Tinder, mais à présent aussi avec sa concurrente belge Stepout, l'oeuvre des créateurs de Netlog et Twoo.com. 'Tinder est une sorte de catalogue d'hommes: il est très agréable à feuilleter avec des copines, à y prévoir des 'j'aime', à effacer sans heurter qui que ce soit, mais aussi à nouer des conversations avec des inconnus', explique Sophie (24 ans). Tout comme 300.000 autres Belges (et dix millions d'utilisateurs dans le monde), elle a acquis une certaine expérience avec Tinder, l'appli de rendez-vous gratuite immensément populaire.

Le concept est simple: vous vous connectez sur votre smartphone (via Facebook) et vous recevez des photos d'autres utilisateurs de votre région. D'un balayage vers la droite, vous indiquez que vous trouvez quelqu'un agréable, tout le contraire d'un balayage vers la gauche. Il n'y a pas de possibilité de repêchage, peut-on lire sur le site web de Tinder: you only swipe once. Mais pas de panique, un nouvel inconnu s'affiche aussitôt sur votre petit écran. Ce n'est que s'il y a affinité ('match') (et que l'autre personne a donc aussi balayé vers la droite), que vous pourrez initier une conversation privée. Ou fixer un rendez-vous.

'Beaucoup de gens pensent que les utilisateurs de Tinder ne recherchent que des aventures sexuelles et des rendez-vous fugitifs, mais c'est un cliché qui ne colle pas à la réalité. La plupart des personnes que j'y ai rencontrées, étaient simplement curieux. Et généralement, vous voyez rapidement à qui vous avez affaire: des hommes qui ne postent que des photos d'eux-mêmes à demi-nus, ne sont probablement pas à la recherche d'une conversation intéressante', explique Sophie.

'Moi-même, j'apprécie tout simplement de nouer des conversations avec des inconnus sans la moindre obligation. Et de temps à autre, j'ai aussi déjà fixé un rendez-vous sur Tinder, mais je n'y ai pas encore rencontré l'amour. Tel n'était pas non plus le but. Même s'il n'y a rien de mal à cela, selon moi. Néanmoins, je connais beaucoup de filles qui ont ainsi trouvé un petit ami, sans oser toujours l'avouer. Un peu étrange. Après tout, faire connaissance avec quelqu'un au café ou sur Tinder: la différence est-elle à ce point grande?'

Stepout: le concurrent belge de Tinder, l'oeuvre de Lorenz Bogaert et Toon Coppens

Le fait que Tinder soit depuis longtemps sorti de l'ambiance tabou qui entoure ce genre de chose, est démontré par sa gigantesque croissance: dans notre pays, 3.000 utilisateurs s'y ajouteraient chaque jour. Mais il y a de la concurrence. C'est ainsi que l'appli belge Stepout en est aujourd'hui déjà à deux millions d'inscriptions, et chaque jour, 10.000 viennent s'y ajouter.

Derrière cette appli, l'on trouve les 'wonderboys' gantois Lorenz Bogaert et Toon Coppens, connus grâce au site social Netlog et au site de rendez-vous Twoo.com. Il y a deux ans, ils ont vendu cette dernière au géant américain des rendez-vous IAC, l'entreprise qui se cache derrière Tinder. C'est dans ce giron qu'ils ont donc aussi créé Stepout.

'J'apprécie ce genre de concurrence interne', déclare Bogaert. Avec Twoo.com, il voulait devenir l'acteur le plus important au monde - ce qui fut bien le cas -, mais il en va autrement à présent. 'Nous voulons croître évidemment, sans forcément devenir plus grands que Tinder. Je préférerais être leader du marché dans plusieurs pays, parce qu'il est essentiel pour ce genre d'appli d'avoir beaucoup d'utilisateurs en un seul et même lieu. Vous pouvez avoir des millions d'utilisateurs, s'ils sont trop disséminés, l'appli manque son objectif. Les gens veulent connaître des personnes de leur coin.' Actuellement, Stepout est surtout populaire en Espagne. 'Dans ce pays, les nouvelles applis de rendez-vous rencontrent toujours rapidement le succès. Mais nous venons simplement de démarrer: le grand lancement doit encore se faire.'

Pas de refus

Stepout ressemble étrangement à Tinder: d'un simple balayage, vous pouvez faire la distinction entre qui est 'hot' ou 'not' et ici aussi, vous avez l'opportunité de chatter en cas d'affinité. 'Le risque d'essuyer un refus disparaît donc complètement: si quelqu'un vous 'balaye de son écran', vous n'en êtes même pas informé. Il s'agit donc d'une appli très anonyme, ce qui est toujours plus apprécié par les jeunes aujourd'hui. Nos utilisateurs nous le montrent: tout comme avec Tinder, la majorité d'entre eux est constituée de jeunes entre 18 et 25 ans. Mais il y a aussi des applis très sociales.

Nombre de jeunes les utilisent entre amis. Ils apprécient de se rendre ensemble sur Stepout ou Tinder pour découvrir combien de 'j'aime' ils ont récoltés. Au début, il y régnait encore une atmosphère quelque peu tabou, mais elle a complètement disparu. Ces applis ne portent pas non plus uniquement sur le sexe, comme beaucoup le pensent. Chez Stepout, les gens mènent souvent de longues conversations sérieuses en ligne, avant de convenir d'un rendez-vous. C'est vous qui décidez toujours des limites à ne pas dépasser.'

Mais Stepout n'est pas une simple copie de Tinder: l'appli va plus loin. 'Notre appli est non seulement disponible pour le smartphone, mais par exemple aussi pour l'ordinateur et la tablette. Nous lancerons même bientôt le logiciel Stepout. Vous pourrez donc aussi tout simplement chez vous rechercher sur votre ordinateur les gens que vous appréciez.

Vous y trouverez davantage d'informations et de photos, ce qui fait que cela s'avérera quelque peu plus facile encore de faire connaissance avec d'autres. Tinder ne fonctionne qu'en mobile, ce qui en fait une appli de flirt typique. Sur Stepout, on flirte aussi beaucoup, mais cela peut aussi aller "plus loin".'

(Knack)

En savoir plus sur:

Nos partenaires