Motorola entend interdire l'importation du BlackBerry aux Etats-Unis

25/01/10 à 12:00 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Motorola a déposé une plainte auprès de l'International Trade Commission américaine à l'encontre de RIM, le fabricant du BlackBerry bien connu. Le groupe accuse son concurrent canadien d'atteintes à "5 de ses brevets cruciaux".

Motorola a déposé une plainte auprès de l'International Trade Commission américaine à l'encontre de RIM, le fabricant du BlackBerry bien connu. Le groupe accuse son concurrent canadien d'atteintes à "5 de ses brevets cruciaux".

C'est ainsi que RIM aurait exploité de manière illicite la technologie de l'accès WiFi, les applications facilitant la gestion des logiciels, la technologie du développement de l'interface utilisateur, ainsi qu'une application brevetée de gestion de l'alimentation.

La gestion de l'alimentation garantit que l'appareil mobile n'utilise que peu d'énergie. Pour pas mal de clients potentiels, une grande autonomie de la batterie constitue un argument décisif pour l'achat d'un appareil.

[Tout comme Nokia et Apple], RIM éprouve des problèmes avec Motorola depuis belle lurette déjà. Le producteur américain de technologies mobiles suggère en effet depuis quelque temps que son concurrent réagit très lentement à ses accusations précédentes. "Il est manifestement question d'une tactique de ralentissement, ce qui permet à RIM de continuer à vendre son appareil intégrant notre technologie brevetée", déclare le porte-parole de Motorola à l'agence Reuters. Motorola passe donc à la vitesse supérieure. Si sa plainte est prise en considération et si elle obtient gain de cause, cela signifierait que les appareils de RIM ne pourraient plus être importés aux Etats-Unis.

Voilà où l'on en est. L'International Trade Commission peut intervenir, lorsqu'une entreprise veut importer des marchandises qui enfreignent des brevets, patentes ou autres droits d'auteur de tiers. Les appareils de RIM sont fabriqués en dehors des Etats-Unis et pourraient donc tomber sous le coup de la compétence de cette institution.

En savoir plus sur:

Nos partenaires