Mobistar et Base se partageront les nouvelles antennes GSM

09/10/09 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

Mobistar et KPN Group Belgium (Base) vont collaborer intensivement à l'extension de leurs réseaux. Cela signifie que l'ensemble de l'infrastructure sera partagée, à l'exception de la section radio.

Mobistar et KPN Group Belgium (Base) vont collaborer intensivement à l'extension de leurs réseaux. Cela signifie que l'ensemble de l'infrastructure sera partagée, à l'exception de la section radio.

Mobistar et KPN Group Belgium - il faut encore s'habituer à la nouvelle appellation de Base! - ont conclu un accord de collaboration pour l'acquisition et la construction de nouveaux sites destinés à leurs réseaux de télécommunications mobiles. Cette collaboration portera sur le partage des pylônes, mâts, câbles, équipements d'utilité publique, dispositifs de sécurité et systèmes de transmission: la 'partie passive', comme l'appelle un opérateur. Le partage de l'infrastructure radio ne fait donc pas partie de cet accord. Les opérateurs garderont l'exploitation des sites partagés en gestion propre.

Les trois opérateurs GSM belges partagent en fait déjà toute une série de mâts GSM dans le cadre du 'site sharing', mais selon le porte-parole de KPN, Bart Vandesompele, il fallait quand même trouver un accord écrit clair pour les futures extensions. "Dans la pratique, Proximus a bien tenté quelques manoeuvres de diversion", déclare Vandesompele, "mais cet accord est surtout destiné à pouvoir travailler de manière plus efficace en matière de permis de bâtir." En général, une demande de construction d'une nouvelle antenne GSM prend de 9 à 18 mois.

L'accord est le résultat d'une initiative des deux CEO. Les deux entreprises espèrent à présent pouvoir accélérer l'extension de leurs réseaux, afin d'améliorer la couverture. Les arguments écologiques - moins de sites GSM et une meilleure empreinte écologique - ont été pris en compte. Pour KPN, l'accord est assurément aussi important dans l'optique (du déploiement HSPA annoncé) d'ici la fin de l'année. Il n'empêche que Bart Vandesompele souhaite insister sur le fait que le but n'est pas de constituer un front: "Au contraire. La porte est ouverte à d'autres opérateurs tels Belgacom/Proximus et Astrid."

Nos partenaires