Marché des serveurs: le meilleur trimestre depuis 12 mois

29/11/06 à 00:00 - Mise à jour à 28/11/06 à 23:59

Source: Datanews

Le marché des serveurs de la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) vient de connaître son meilleur trimestre depuis longtemps. Même si la vente d'unités est restée quasiment identique, les revenus ont grimpé de 5 pour cent.

Le chiffre d'affaires du marché EMEA des serveurs s'est clôturé à 3,926 milliards de dollars ce dernier trimestre, ce qui correspond à une hausse de 5 pour cent par rapport à celui enregistré durant le trimestre correspondant de l'an dernier. Le cabinet d'analystes IDC qualifie cette croissance de prometteuse, après le recul continu qu'a connu le chiffre d'affaires en 2006, alors que la vente d'unités a continué à augmenter. Ce trimestre, le nombre de serveurs vendus a crû à peine (+1%).C'est surtout l'Europe occidentale qui s'est distinguée avec la plus forte croissance de son chiffre d'affaires en deux ans. "La dernière fois que le marché ouest-européen des serveurs avait atteint une hausse de 5% de son chiffre d'affaires, le nombre d'unités écoulées avait crû de 20 pour cent. Ce trimestre, la croissance a toutefois été quasiment plane à cause des marges bénéficiaires supérieures et un marché plus soutenu", analyse IDC.Avec 35 pour cent du chiffre d'affaires, Windows demeure le système d'exploitation dominant pour les serveurs. Unix le suit cependant immédiatement avec 34 pour cent. Ces deux systèmes d'exploitation n'ont quasiment pas connu de hausse de chiffre d'affaires. Linux conserve de son côté sa part de marché de 12 pour cent, tout en connaissant une hausse de chiffre d'affaires de pas moins de 23 pour cent.IBM est le leader du classement, devant HP. Leurs parts de marché respectives sont de 34 et 31 pour cent, soit 1,34 et 1,23 milliard de dollars. Sun Microsystems complète le top trois, mais avec 11 pour cent (428 millions de dollars), elle est loin du duo de tête. Dell, le seul acteur purement x86 en vue, perd sa quatrième position du trimestre précédent au profit de Fujitsu-Siemens et ce malgré une croissance de son chiffre d'affaires de 7 pour cent par rapport à l'an dernier. L'écart entre les deux acteurs n'est que de 3 millions de dollars.

Nos partenaires