Luc Blyaert
Luc Blyaert
était rédacteur en chef de Data News
Opinion

17/10/14 à 12:08 - Mise à jour à 13:48

Lettre ouverte au ministre de l'Agenda numérique Alexander De Croo: 'Ce qui manque dans cet accord, c'est une vision à long terme'

Cher Alexander, Je ne sais pas si tu disposes encore d'un agenda papier, mais à présent que c'est toi qui vas t'occuper de l'agenda numérique du nouveau gouvernement Michel I, mieux vaut y migrer rapidement.

Lettre ouverte au ministre de l'Agenda numérique Alexander De Croo: 'Ce qui manque dans cet accord, c'est une vision à long terme'

Alexander De Croo © Belga

À la lecture de l'accord gouvernemental, l'on apprend que tu auras du temps devant toi. Un 'gouvernement fédéral numérique' devrait voir le jour d'ici la fin de la législature. Si la fragile cohésion entre les partis se maintient - je l'espère du moins car une certaine stabilité ne ferait pas de tort à ce pays patraque -, ce serait donc prévu pour 2020. Il est donc urgent d'élaborer un plan solide, un timing, une vision quoi.

La numérisation de toutes les archives, c'est ce que les entreprises concernées attendent avec impatience. Le fait que ce travail n'ait pas encore été effectué, m'étonne encore et toujours. La fin de la paperasserie au sein du gouvernement fédéral est une évidence. Il est bien que vous fassiez grand cas d'une politique de bureau sans papier. J'attends de voir. Les images que l'on a eues des négociations gouvernementales, n'ont en tout cas guère fait une impression optimiste.

Cher Alexander, ce qui manque dans cet accord, c'est une vision à long terme.

Cher Alexander, ce qui manque dans cet accord, c'est une vision à long terme de la façon dont notre pays va être mis sur la carte, dont l'ICT pourra être utilisée au profit de l'innovation, d'un 'smart government' lié à des villes et, qui sait, à des citoyens connectés. Rien de tout cela dans l'accord. Le seul passage où l'on parle indirectement de l'innovation, porte sur les synergies et la réutilisation de solutions IT. Il n'y a pas là de quoi fouetter un chat. Je sais que ce n'est pas évident. Tous les barons des différents services publics fédéraux qui, l'un disposant d'un plus gros budget que l'autre, suivent leur propre voie. Pense à la catastrophe de la Justice, à la manière dont la plate-forme e-HR a complètement foiré, et combien les finances bafouillent. Auras-tu voix au chapitre auprès des divers ministres concernés? Bonne chance, Alexander. La transparence des coûts ICT serait une bonne chose, ainsi qu'un comité de monitoring ICT. Je suis curieux de voir comment 'tu vas responsabiliser la gestion publique à propos du suivi minutieux des contrats ICT et de la création de gains d'efficience par le biais d'une numérisation poussée des services et autres processus'. Auront-ils droit à un bonus s'ils réussissent? À une plus belle voiture? Tu as travaillé des années durant auprès du Boston Consultancy Group. Tu sais donc parfaitement de quoi il retourne.

Je salue comme il se doit la position 'open data' de transfert du plus grand nombre possible de données publiques à des tiers. Je suppose cependant qu'il ne s'agira pas d'une super-banque de données des mauvais payeurs. Cette pensée big brother me fait frémir. En tant que fondateur de Darts-ip, spécialisée dans les droits de propriété intellectuelle, tu sais sans doute à nul autre pareil de quoi il est question. Au diable le réflexe belge typique de brûler pour l'éternité tout qui a éprouvé des difficultés à un moment donné. Tout le monde a droit à une seconde chance, ou plus si besoin est. Le fait que les sites web gouvernementaux doivent aussi être accessibles aux daltoniens, j'ai trouvé cela drôle. Je suis curieux de savoir qui souffre de ce problème au sein du gouvernement. Ce qui est nettement plus important, c'est l'évaluation de la collaboration toujours plus grande entre Fedict et Smals, que l'arrivée d'autres entreprises ICT met pratiquement hors jeu. Un libéral comme toi ne peut laisser passer cela. Surtout avec l'arrivée du nuage gouvernemental, cela pourrait mener à un monopole non pas voulu, mais de fait.

Cher Alexander, je peux m'imaginer que ce portefeuille te fera davantage plaisir que celui des pensions. Tu n'as en effet que 38 ans, la fleur de l'âge quoi. Tu es plein d'énergie. Ce sera nécessaire dans ta fonction. Tu pourras te distinguer. La population n'a jamais encore été aussi numérisée. Les smartphones et tablettes sont quasi entièrement entrés dans les moeurs. Il n'y a plus qu'à développer une vision. Je l'attends. Je te souhaite bon vent, surtout que des bourrasques risquent de te compliquer la vie. Vas-y, fonce sans perdre de temps.

Nos partenaires