Les ventes de smartphones en Belgique en recul pour la première fois

05/02/14 à 12:48 - Mise à jour à 12:48

Source: Datanews

Au cours des trois derniers mois de l'année dernière, l'on a pour la première fois vendu moins de smartphones que lors de la même période de 2012. Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Tijd sur base des chiffres de GfK.

Les ventes de smartphones en Belgique en recul pour la première fois

Au cours des trois derniers mois de l'année dernière, l'on a pour la première fois vendu moins de smartphones que lors de la même période de 2012. Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Tijd sur base des chiffres de GfK. Sur l'ensemble de l'année 2013, les ventes de smartphones ont grimpé à 2,355 millions d'unités, soit quinze pour cent de plus qu'en 2012. Mais entre octobre et décembre, les ventes ont régressé de deux pour cent (en quantité), voire de cinq pour cent sur base du chiffre d'affaires et ce, alors que la période des fêtes de fin d'année génère d'habitude un pic dans l'électronique à la consommation.

Comme explication, GfK indique que Telenet avait en 2012 encore mené des actions avec des smartphones subsidiés, mais ne les a pas répétées en 2013. En moyenne, le consommateur a en 2013 dépensé 320 euros pour un smartphone, soit vingt euros de plus qu'en 2012.

Tablettes: plus nombreuses et plus économiques

Le marché des tablettes se distingue encore. Avec une croissance de 72 pour cent, notre pays recense à présent un million et demi de tablettes. Ici, le prix moyen est passé de 400 à 306 euros. Cela est dû en partie à la grande popularité de l'appareil, à l'instar de ce que l'on observe depuis quelques années déjà chez les smartphones. Mais aussi au fait qu'aujourd'hui, il y a davantage de tablettes (donc plus économiques) sur le marché.

GfK fait observer dans De Tijd que Microsoft se distingue tout particulièrement sur le marché des tablettes avec dix pour cent de l'ensemble des appareils vendues durant le dernier trimestre de 2013. L'iPad fait encore et toujours trois fois mieux, mais cela démontre quand même que malgré son arrivée tardive sur ce marché, Microsoft fait partie des bons élèves de la classe.

En savoir plus sur:

Nos partenaires