Les tendances les plus (ou moins) significatives pour 2017

04/01/17 à 15:50 - Mise à jour à 15:50

Source: Datanews

Ces derniers jours, les entreprises technologiques n'ont pas manqué de faire connaître leur vision de 2017. Certaines prédisent - à juste titre (!) - une révolution. D'autres encore se livrent aux mêmes annonces vagues pour la xième année consécutive. Data News vous présente tout cela avec les filtres et les nuances qui s'imposent.

Les tendances les plus (ou moins) significatives pour 2017

. © iStock

IoT

L'internet des choses n'est pas un phénomène neuf, mais il progresse actuellement à une vitesse accélérée. Dimension Data signale que l'IoT fera en sorte que nous allons générer des données (massives) et que nous pourrons analyser ainsi plus rapidement des modèles ou gabarits et en déduire certaines choses. De son côté, Ericsson s'attend à ce que les consommateurs accueillent eux aussi à bras ouverts l'internet des choses au cours de cette année.

Mais il y aura un revers à la médaille. Sophos, G Data et Trend Micro s'attendent pour leur part à ce que l'IoT introduise également des dangers et que les appareils - tant ceux à la consommation que les professionnels - soient utilisés plus souvent pour lancer des attaques en 2017. Les trois entreprises s'inspirent ici de l'attaque DDoS perpétrée avec le botnet Mirai en novembre. Mais cela n'enlève rien au fait que les appareils et capteurs connectés à internet doivent être solidement sécurisés.

Intelligence artificielle (AI)

Ce n'est pas enfoncer une porte ouverte que d'affirmer que l'AI, l'hyper-automatisation, l'apprentissage profond (deep learning), voire les systèmes d'auto-apprentissage sont occupés à effectuer une énorme marche en avant. Dimension Data, Ericsson, Basware, Axis et Insight notamment nous ont déclaré que nous allions davantage interagir avec les machines à brève échéance, plutôt que les commander tout simplement.

Cela se traduira par des chatbots, à savoir des machines qui nous comprennent mieux et nous donnent de meilleures réponses. Bref: vos systèmes deviendront plus intelligents tant au travail que vis-à-vis des clients. Dimension Data fait observer qu'une intelligence pourra aussi servir pour combattre pro-activement et en connaissance de cause les cyber-dangers. Gartner s'attend à ce que 20 pour cent des interactions avec les smartphones se fassent via un assistant privé virtuel tel Siri, Google Now ou des chatbots (agents conversationnels) externes.

Cette tendance n'est pas du tout inattendue. Si on comptabilise les licenciements dans le secteur bancaire de ces six derniers mois, on sait ce qu'il en est et en 2017, l'AI deviendra très probablement encore plus intelligente et sera intégrée dans toujours plus d'appareils et de services.

RGPD

Votre département IT dispose encore d'un délai se clôturant le 25 mai 2018 pour se mettre en règle avec la loi européenne sur la protection des données (RGPD ou Règlement Général sur la Protection des Données). Il s'agit plutôt d'une nécessité que d'une tendance spontanée, mais Insight, Trend Micro et Ovum entre autres signalent que la nouvelle loi obligera les entreprises à traiter explicitement et différemment leurs données.

G Data indique même que selon l'interprétation de la loi, les nuages publics américains seraient par définition illégaux, parce que les acteurs américains ne peuvent offrir de garantie à cent pour cent sur la fiabilité des données. Honnêtement, cela nous paraît aller très, très loin. Mais sans doute obtiendra-t-on davantage d'explications durant l'année.

Voitures autonomes

Rien de neuf que ce que nous avions vu arriver en 2015 ou 2016 déjà. Mais ici encore, nous nous attendons à une forte accélération, à présent que les principaux acteurs technologiques et constructeurs automobiles ont annoncé leurs ambitions.

Dans ses prévisions pour 2017, Ericsson annonce qu'on peut s'attendre aux premières voitures autonomes dès cette année et que 65 pour cent de la population (mondiale) apprécierait de se déplacer dans ce genre de voiture. Ce pourcentage est cependant fortement nuancé par Goodyear qui, dans le cadre d'une étude récente, a observé que 54 pour cent des Belges ne se sentiraient pas à l'aise dans une voiture autonome.

2017 nous paraît - surtout en Europe - particulièrement tôt pour voir circuler des voitures entièrement autonomes, mais il ne fait pas de doute que la technologie sera sans cesse améliorée. L'entreprise de consultance télécom Analysys Mason ajoute que les acteurs télécoms examineront cette année des business cases en matière de trafic intelligent et de communication mutuelle entre voitures (smart traffic).

Plus de données = meilleure vision

Les données resteront importantes, surtout à présent que sortent davantage de systèmes et d'outils capables de les analyser et de les utiliser différemment. C'est ainsi qu'Axis indique que les images provenant des caméras pourront être rapidement analysées grâce à l'apprentissage profond, ce qui s'avérera nettement plus pratique que de toujours recourir aux yeux humains pour chaque diffusion. Netapp insiste aussi sur le fait que les données sont la nouvelle monnaie et sont aujourd'hui nécessaires pour faire tourner l'entreprise et y effectuer le cas échéant des réformes sur base de nouveaux modèles commerciaux.

Chez Data News (what's in a name?), loin de nous l'idée de nier que les données représentent le sang de l'entreprise moderne. Cela va également de pair avec la percée de l'intelligence artificielle. Mais tout cela est connu depuis des années déjà. Les données sont et resteront importantes, et nous pourrons les utiliser de diverses nouvelles manières dans le futur.

Plus de nuages

En plaçant plus souvent des données dans le nuage, les CIO pourront limiter le risque de perte de données. Selon Riverbed, les données seront en 2017 plus souvent stockées de manière centralisée, ce qui permettra de lancer plus facilement de nouveaux services. L'organisation prévoit aussi que la transformation numérique mènera à encore plus d'applis cruciales pour l'entreprise dans le nuage.

Netapp a aussi la tête dans les nuages et ajoute qu'il faudra cette année plus de 'clouds' pour supporter les exigences data et lancer plus rapidement de nouveaux projets et modèles IT. Voilà deux nouvelles affirmations que nous ne démentirons pas, mais cela ne représente rien de nouveau sous le soleil en 2017.

Etonnant: Insight nuance le fait que le passage au nuage triomphera cette année encore, mais qu'il n'y aura évidemment là non plus rien de neuf. Et d'ajouter que les entreprises négocieront de manière plus formelle les contrats 'cloud' et qu'elles auront besoin d'experts en la matière pour combiner le tout de manière optimale à leur infrastructure existante.

Davantage de cyber-menaces

Quasiment toutes les entreprises de sécurité qui nous ont fait connaître leurs tendances pour cette année, préviennent que 2017 sera l'année de tous les dangers sur internet. Il y aura davantage d'attaques sociales ciblées (selon Sophos) où vous serez abordé personnellement, alors que les mails d'hameçonnage (phishing) seront moins facilement reconnaissables à leurs erreurs linguistiques ou à leur contenu vague. Ne pas cliquer sur les liens du mail ou sur la pièce jointe: tel est donc le mot d'ordre. Il y aura également plus de cyber-attaques visant les pouvoirs publics et les infrastructures financières (selon Sophos & Trend Micro).

Mais la cyber-sécurité proprement dite se complexifiera aussi (selon Control Risks), et les assaillants exploiteront entre autres des failles utilisant PowerShell (selon Sophos). Les appareils mobiles deviendront aussi plus souvent la cible des cybercriminels qui voudront en prendre le contrôle (selon G Data). Même le nuage ne sera pas sûr. C'est ainsi que Sophos table sur davantage de failles dans les nuages et systèmes virtualisés.

Nous ne le démentirons pas. Mais en même temps, nous entendons ces avertissements sécuritaires depuis des années déjà. Nous attendons en vain la première mention d'une entreprise de sécurité, selon laquelle il y aura moins de maliciels (malware) et d'attaques complexes l'année suivante. La règle qui prévaut, est la suivante: lorsqu'une technologie ou un appareil devient populaire (Flash, Windows, nuage, mobile, virtualisation), ils seront attaqués, parce qu'ils recèlent des données intéressantes à dérober (ou permettent à tout le moins d'y accéder).

Et l'on s'attend encore à...

Plus de mobile: chez Salesforce notamment, on déclare que les entreprises qui disposeront d'applis mobiles fonctionnant vite et bien pour leurs employés, auront une longueur d'avance. La firme s'attend à ce qu'on y investisse davantage cette année. Quant à Basware, elle indique que la chaîne de blocs (blockchain) amplifiera la sécurité et la vitesse dans les institutions financières. De son côté, Analysys Mason s'attend à ce que l'IoT gagne en maturité à présent que des réseaux tels LoRa et Sigfox sont déployés. Le cabinet de consultance table aussi sur une plus grande régulation de la technologie et un intérêt moindre de l'IoT pour la 5G, du fait que les fabricants n'attendront pas l'arrivée de celle-ci.

Conclusion

Les entreprises de sécurité mettent en garde contre une prolifération des menaces. Les entreprises réseautiques envisagent une exploitation encore plus intensive de nos réseaux. Les entreprises de stockage et 'cloud' évoquent davantage de données encore, alors que les sociétés de consultance parlent de tous les thèmes à propos desquels elles peuvent être consultées.

Ces affirmations ne sont pas fautives dans la mesure où on peut s'attendre effectivement à plus de données/analyses/visions/cyber-attaques/vitesse,... Mais tout cela nous fait quasiment craindre qu'il n'y ait guère de spectacle en 2017.

Rien n'est moins vrai évidemment. Des décennies se sont écoulées entre le prototype du premier GSM et le smartphone sur lequel vous lisez cet article. Pourtant quelque chose me dit qu'on sera cette année encore interloqué à l'une ou l'autre reprise face à l'une ou l'autre technologie soudainement mise à disposition du grand public, mais aussi face à ce qui se prépare encore pour les années à venir en vue d'impacter notre vie, nos entreprises ou notre société.

Nos partenaires