Les syndicats d'Alcatel-Lucent à Namur souhaitent rencontrer le ministre Marcourt

30/11/12 à 10:06 - Mise à jour à 10:06

Source: Datanews

Les syndicats de l'entreprise Alcatel-Lucent à Namur ont demandé à rencontrer le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, après l'annonce lundi d'une septantaine de licenciements sur le site namurois de l'entreprise.

Les syndicats d'Alcatel-Lucent à Namur souhaitent rencontrer le ministre Marcourt

Les syndicats de l'entreprise Alcatel-Lucent à Namur ont demandé à rencontrer le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, après l'annonce lundi d'une septantaine de
licenciements sur le site namurois de l'entreprise.

Le front commun syndical souhaite avoir des éclaircissements quant à l'avenir de la quarantaine de travailleurs qui restera à Namur et quant aux subsides qui auraient été octroyés il y a quelques années par la Région wallonne à Alcatel.

La direction de l'entreprise avait annoncé lundi, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, le licenciement de 280 personnes en Belgique.

Selon le SETCa, cette annonce signifie le licenciement de septante-sept personnes sur le site namurois (qui en compte 122) et le reste sur l'autre site, à Anvers.

Le front commun syndical (SETCa et CNE) a demandé une rencontre avec le ministre Jean-Claude Marcourt. "Après les licenciements, il ne restera plus qu'une quarantaine de travailleurs à Namur, dans un bâtiment qui peut en compter 300. On n'imagine mal qu'Alcatel garde le bâtiment. Nous craignons donc qu'on impose aux travailleurs le télé-travail, ce qu'ils ne souhaitent pas", a expliqué Stéphane Baudart, permanent SETCa.

Le syndicats souhaitent également s'informer auprès du ministre sur certains subsides octroyés par la Région wallonne. "En son temps (il y a environ sept ans), la Région wallonne a subsidié Alcatel. Nous voulons en savoir plus sur ces aides et pourquoi septante-sept emplois disparaissent aujourd'hui", a ajouté le syndicaliste.

Le front commun syndical a aussi préparé le conseil d'entreprise extraordinaire du 7 décembre en explorant les différentes pistes possibles.

Source: Belga

Nos partenaires