Les premiers sites .xxx dès la fin de l'été?

16/03/11 à 11:42 - Mise à jour à 11:42

Source: Datanews

D'ici l'automne, le visage de l'industrie pornographique devrait changer. C'est en effet à cette période que l'on devrait voir apparaître les tout premiers sites .xxx et que le biotope en ligne des sites érotiques deviendrait réalité. "En tout, nous avons déjà enregistré 210.000 pré-réservations pour des noms de domaine .xxx de la part de 11.000 fournisseurs dans 83 pays", explique à Data News Stuart Lawley, directeur du registry américain ICM et l'homme à l'origine de .xxx. La course au domaine pornographique mal famé sur internet se trouve dans sa dernière ligne droite. Stuart Lawley (et avec lui une grande majorité des personnes présentes à la 40ème réunion de l'Icann à San Francisco) estime que la décision finale tombera vendredi.

Les premiers sites .xxx dès la fin de l'été?

D'ici l'automne, le visage de l'industrie pornographique devrait changer. C'est en effet à cette période que l'on devrait voir apparaître les tout premiers sites .xxx et que le biotope en ligne des sites érotiques deviendrait réalité. "En tout, nous avons déjà enregistré 210.000 pré-réservations pour des noms de domaine .xxx de la part de 11.000 fournisseurs dans 83 pays", explique à Data News Stuart Lawley, directeur du registry américain ICM et l'homme à l'origine de .xxx.

La course au domaine pornographique mal famé sur internet se trouve dans sa dernière ligne droite. Stuart Lawley (et avec lui une grande majorité des personnes présentes à la 40ème réunion de l'Icann à San Francisco) estime que la décision finale tombera vendredi. Si le contrat entre l'Icann et ICM est signé, les premiers sites .xxx feront leur apparition sur internet d'ici quelques mois.

"L'Icann-board avait déjà donné son feu vert, il y a quelque temps", ajoute Lawley. "Le seul obstacle qui nous barre encore la route, c'est un petit problème de procédure avec le GAC (l'organe-conseil au sein de l'Icann, où siègent les différents gouvernements), mais il devrait être surmonté d'ici vendredi."

Actuellement, les sites pornographiques sont disséminés partout sur le web. La petite entreprise de Stuart Lawley espère toutefois qu'une grande partie de ces sites érotiques se retrouveront bientôt dans le giron .xxx. La situation sera ainsi plus claire et les personnes intéressées pourront trouver ce qu'elles cherchent plus rapidement et plus aisément.

Par ailleurs, un domaine .xxx pourra être exclu du lieu de travail ou du PC des enfants par voie logicielle. L'industrie pornographique, qui représente un chiffre d'affaires de dix milliards d'euros par an, ne voit pas cela d'un bon oeil. Ces dernières années, de très nombreux lobbyistes ont en effet mis tout en oeuvre pour faire en sorte que la proposition .xxx soit rejetée. Ce jeudi, des opposants à .xxx viendront d'ailleurs manifester à San Francisco.

Néanmoins, le directeur d'ICM semble serein. Il se targue en effet d'avoir le soutien de la grande majorité des responsables de l'industrie du sexe. "Nous discutons continuellement avec les représentants du secteur et avons déjà enregistré 210.000 pré-réservations de la part de 11.000 entreprises dans 83 pays", affirme-t-il. "Qui ose encore prétendre que le secteur ne nous voit pas d'un bon oeil."

"Les personnes qui viendront manifester ce jeudi, appartiennent quasi exclusivement à la Free Speech Coalition (FSC), une petit groupe d'intérêt au sein du secteur pornographique", poursuit Lawley. "Il s'agit là d'une organisation locale de Californie comptant une centaine de membres, qui n'est pas du tout représentative. La FSC tente du reste de nous mettre des bâtons dans les roues depuis des années. C'est son droit évidemment car la liberté d'expression est un bien fondamental. Voilà pourquoi ce sont finalement les entreprises du secteur pornographiques elles-mêmes qui doivent pouvoir décider de nous suivre ou non."

A l'entendre, ICM est fin prête à démarrer. "Depuis le réunion Icann de Bruxelles, nous sommes en train d'étendre notre activité et aujourd'hui, nous comptons déjà neuf collaborateurs. Si tout se passe comme prévu vendredi, nous entamerons dans 90 jours notre 'sunrise' (la période, au cours de laquelle les propriétaires de marques et les autorités peuvent introduire en priorité une demande, afin d'éviter les abus), et le lancement officiel suivra alors en septembre. Les premiers noms de domaine pourront être proposés à la fin de l'été, et les premiers sites .xxx apparaîtront ensuite."

En savoir plus sur:

Nos partenaires