Les pouvoirs publics en tant que plate-forme de services

16/12/10 à 09:56 - Mise à jour à 09:56

Source: Datanews

Il est temps de créer plusieurs applications phares en matière e-gouvernementale ...

Les pouvoirs publics en tant que plate-forme de services

Il est temps de créer plusieurs applications phares en matière e-gouvernementale, estime Vincent Van Quickenborne. "Le nuage est une étape essentielle", a-t-il affirmé, dans le discours qu'il a prononcé lors de la conférence 'Lift-off towards Open Government' à Bruxelles.

Le ministre de l'ICT sortant, Vincent Van Quickenborne, a soutenu en grande partie le plan d'action dans le domaine e-gouvernemental présenté par la commissaire européenne Neelie Kroes, où l'un des mots-clés est 'open data'. Van Quickenborne pense que le temps est venu de développer plusieurs applications phares ('killer apps'), puisqu'un certain nombre de bases sont à présent mises en place. "Le cloud est une première étape essentielle et offre des perspectives non seulement aux entreprises, mais aussi aux pouvoirs publics", a déclaré Van Quickenborne. "La sécurité et le respect de la vie privée sont évidemment importants, mais telle est la façon de mettre davantage d'informations à la disposition des citoyens." Van Quickenborne s'est référé ici à l'exemple d'autres pays qui appliquent une approche du nuage hybride.

Plaidoyer pour les données ouvertes Selon le ministre sortant, un autre point important, c'est que les données soient aussi réellement ouvertes ('open'). Il a évoqué ici formellement l'incident de la SNCB qui avait fait annuler initialement l'application iRail gratuite des horaires des trains, développée par des étudiants. "Il a fallu un certain temps, avant qu'on ne comprenne à la SNCB. L'e-gouvernement ne peut être pris en otage par des systèmes fermés", a-t-il ajouté.

Selon Van Quickenborne, les autorités européennes et belges doivent se remettre elles-mêmes en cause "afin de ne pas agir en dinosaures". Il a exprimé le souhait que l'Europe fasse preuve d'intelligence vis-à-vis de la technologie et qu'elle joue la carte de l'innovation. "La simple utilisation de la technologie ne nous permettra pas de nous nous différencier", a-t-il conclu.

Les autorités américaines accordent la priorité au nuage Ensuite, ce fut au tour de Vivek Kundra, chief information officer auprès des autorités américaines, de prendre la parole. Il n'était pas physiquement présent, mais fut littéralement 'téléporté' sur le podium grâce à une formidable reproduction 3D holographique. Il évoqua la manière dont le gouvernement américain a adopté une politique accordant la priorité au nuage. Kundra entend transformer les projets IT en initiatives rapides et modulaires, où le nuage se verra attribuer un rôle central. Le nombre de centres de données sera nettement réduit. "Rien qu'en sécurité nationale, nous sommes déjà passés de 240 centres de données à 2", a expliqué le CIO d'Obama, qui considère les pouvoirs publics comme une plate-forme sur laquelle des tiers peuvent placer des applications. "Facebook et Apple ont également créé une plate-forme, mais ne développent pas les applications elles-mêmes", a-t-il osé la comparaison. "Voilà ce que doit être un 'open government' pour moi", a-t-il conclu.

Nos partenaires