Les parlementaires soucieux des nouvelles conditions d'utilisation de Facebook: 'C'est un hold-up sur notre vie privée'

15/01/15 à 13:20 - Mise à jour à 13:20

Les autorités en charge du respect de la vie privée des pays membres de l'UE se réuniront début février, entre autres à la demande de la commission vie privée belge, à propos de la nouvelle politique de Facebook. Voilà ce qu'a déclaré le secrétaire d'Etat en charge du respect de la vie privée Bart Tommelein à la Chambre, où quelques parlementaires se faisaient du souci au sujet de ces nouvelles règles.

Les parlementaires soucieux des nouvelles conditions d'utilisation de Facebook: 'C'est un hold-up sur notre vie privée'

© REUTERS

Le site social Facebook introduira bientôt de nouvelles conditions d'utilisation qui, initialement, devaient entrer en vigueur le 1er janvier 2015 déjà.

A la Chambre, Stefaan Van Hecke (Groen), Egbert Lachaert (Open VLD), Karin Jiroflée (SP.A) et Peter Dedecker (N-VA) ont demandé au secrétaire d'Etat Tommelein quelles mesures il comptait éventuellement prendre.

'Hold-up'

Car la nouvelle politique suivie par Facebook 'n'est rien de moins qu'un hold-up sur nos données personnelles', a prévenu Lachaert. 'L'entreprise se réserve ainsi un accès quasi illimité au comportement de navigation, aux personnes de contact, messages, données Instagram, photos et vidéos des utilisateurs. Nous devons en informer et protéger les utilisateurs qui ne le savent souvent pas et ce, en faisant intervenir la commission vie privée ou, le cas échéant, en renforçant la loi sur le respect de la vie privée.'

Le secrétaire d'Etat a répondu que la commission vie privée, qui dépend du Parlement, est compétente pour confronter concrètement les nouvelles conditions d'utilisation aux règles en vigueur. Un groupe de travail qui réunit les autorités vie privée nationales des pays membres de l'UE, se penchera début février sur une recommandation relative aux conditions de Facebook.

Tommelein s'est aussi référé à la nouvelle réglementation européenne qui doit créer un cadre légal, et a soutenu la mise en place d'un 'contrôleur de confidentialité européen' sous la forme d'un comité européen de protection des données.

Tommelein: 'Je ne veux pas jouer les Don Quichotte'

Ses réponses n'ont pas satisfait l'ensemble des parlementaires. C'est ainsi que Stefaan Van Hecke (Groen) tablait sur une 'action plus décidée' à l'encontre de Facebook. Tommelein réagit en disant que la commission vie privée dépend certes du Parlement belge, mais qu'il attend bien plus d'une approche européenne: 'Je ne veux pas jouer les Don Quichotte. Au sein du Parlement, l'on semblait déjà être d'accord d'inviter la commission vie privée. (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires