Les lignes directrices de l'eHealth flamande tracées

23/02/12 à 12:14 - Mise à jour à 12:14

Source: Datanews

Ce lundi a eu lieu la table ronde consacrée à l'ICT dans les soins ('ICT in de zorg'). A cette occasion, les lignes directrices d'une stratégie eHealth flamande ont été délimitées dans un texte visionnaire. Elles impliquent entre autres que la Flandre entend devenir copropriétaire de la plate-forme e-Health fédérale.

Les lignes directrices de l'eHealth flamande tracées

Ce lundi a eu lieu la table ronde consacrée à l'ICT dans les soins ('ICT in de zorg'). A cette occasion, les lignes directrices d'une stratégie eHealth flamande ont été délimitées dans un texte visionnaire. Elles impliquent entre autres que la Flandre entend devenir copropriétaire de la plate-forme e-Health fédérale.

La table ronde était une initiative de Flander's Care/Vlaanderen in Actie. 'ICT in de zorg' signifie pour le gouvernement flamand tant la prestation de meilleurs soins que le soutien de projets innovants à valeur économique ajoutée. De meilleurs soins grâce à l'ICT, c'est possible grâce au partage des informations entre les acteurs de ce secteur, et aux applications qui accroissent la participation du patient/client.

Une note visionnaire a été présentée et débattue lors de la table ronde. Cette note fixe les lignes directrices de la stratégie eHealth flamande au départ de ce double objectif (amélioration des soins et innovation). Le texte visionnaire est un document animé, susceptible d'être adapté en permanence. Les principes de base ont été ratifiés lors de la table onde.

Entre EVA et eHealth Dans le document, le gouvernement flamand explicite entre autres son propre rôle. Il n'entend pas devenir un éditeur de software, mais définir les 'conditions marginales' auxquelles le software doit répondre. Le cadre juridique fédéral existant sera complété par une réglementation propre qui permettra le partage des données, tout en mettant l'accent sur une réutilisation maximale de ces dernières et sur une collaboration entre les instances indépendantes. Le gouvernement flamand pense aussi à des labels offrant aux utilisateurs (prestataires de soins ou patients) la possibilité d'évaluer la qualité de l'information proposée.

Tout comme c'est le cas pour la plate-forme eHealth fédérale, le gouvernement flamand ne tiendra pas lui-même à jour les données médicales, qui seront conservées de manière décentralisée. Vitalink - le 'coffre-fort de première ligne' dans lequel seront stockées notamment les données médicales provenant du médecin de famille (par exemple les médicaments prescrits) - fonctionnera aussi conformément au principe décentralisé. L'on ne sait cependant pas encore clairement comment tout cela va se présenter concrètement.

Une agence autonome externe flamande (EVA) sera créée pour développer et réguler le réseau de données au profit du gouvernement flamand, comme le fera la plate-forme eHealth au niveau fédéral. Le gouvernement flamand entend du reste devenir copropriétaire de la plate-forme eHealth fédérale. En attendant, d'autres accords de collaboration seront conclus.

En concertation avec le gouvernement fédéral, le gouvernement flamand imposera aux acteurs du secteur des soins de tenir à jour un dossier par patient. Cela formera en effet la base permettant ensuite de partager les données sur les patients/clients dans des réseaux spécifiques.

Les entreprises réagissent positivement Agoria, la fédération de l'industrie technologique, se dit satisfaite des résultats de la table ronde. La fédération salue entre autres le fait que le gouvernement flamand met fortement l'accent sur l'utilisation de standards internationaux, tels HL 7 V et XDS.

Cela augmente les chances pour les entreprises de pouvoir affronter avec leurs produits la concurrence sur le marché international. Agoria trouve aussi positif le fait que le gouvernement flamand entend rechercher des moyens pour aider des projets pilotes réussis à être lancés sur le marché.

Dans ce but, la ministre flamande de l'innovation, Ingrid Lieten, a créé le 'Proeftuin Zorginnovatie Vlaanderen'. Dans ces lieux d'expérimentation ('living labs'), les projets ICT prometteurs peuvent être testés dans un environnement contrôlé avec un groupe d'utilisateurs représentatif.

En savoir plus sur:

Nos partenaires