Les Etats-Unis vont contrôler la 'neutralité' d'internet

27/02/15 à 13:34 - Mise à jour à 13:34

Le régulateur américain FCC a approuvé un nouvel ensemble de mesures en vue de rendre internet neutre. Il sera désormais interdit aux fournisseurs internet d'accorder la priorité et une vitesse supérieure à des clients payants, tels Netflix, au détriment d'autres.

Les Etats-Unis vont contrôler la 'neutralité' d'internet

Tom Wheeler © Reuters

La Federal Communications Commission (FCC), qui contrôle les médias aux Etats-Unis, a approuvé un ensemble de mesures par 3 voix contre 2. Les Démocrates au sein de la commission ont voté pour, et les Républicains contre.

Le problème que la commission veut résoudre avec ces mesures, est celui du traitement de faveur payant, qui a été mis en évidence par Netflix notamment qui diffuse des films et programmes TV via internet. Netflix s'était plainte de devoir débourser de fortes sommes aux fournisseurs Comcast et Verizon, pour avoir un accès rapide à internet. Après paiement, Netflix aboutissait alors très vite sur l'autoroute, alors que si elle ne le faisant pas, elle devait se contenter d'opérer via une route secondaire nettement moins rapide.

Les fournisseurs internet jouent à toutes sortes de jeux lucratifs, selon la commission, où ils rejettent a priori certaines applis, avant de les autoriser après paiement, et où ils font varier la vitesse du net de très lente à ultrarapide selon leur bon vouloir et surtout selon qu'ils reçoivent de l'argent ou non.

Discrimination

Ce traitement de faveur payant est désormais interdit, comme le mentionne la FCC dans ses nouvelles règles. La FCC contrôlera le respect de ces dernières et réagira aux plaintes des utilisateurs. Les fournisseurs internet "ne peuvent désormais plus intercéder sans raison" et léser ainsi certains clients ou entreprises.

"Internet est tout simplement trop important pour en laisser la régulation aux fournisseurs", explique Tom Wheeler, président de la FCC. Jusqu'à présent, selon Mignon Clyburn, membre de la commission, "les fournisseurs internet étaient libres de bloquer, d'étrangler, de défavoriser ou de discriminer et ce, quel que soit l'utilisateur, et pour quelque raison que ce soit, voire sans aucune raison".

Les membres républicains de la commission ont déclaré qu'ils ne voyaient aucun motif à intervenir, à cette exception près: "Le président Obama a expliqué que nous devions le faire". Pour les Républicains, les nouvelles règles confèrent aux autorités un trop grand pouvoir sur le média.

(RR)

Nos partenaires