Les Etats-Unis nient tout espionnage en Belgique, conjointement avec l'Allemagne

08/06/15 à 15:04 - Mise à jour à 15:03

La Justice belge a entamé une enquête à propos d'actes d'espionnage de longue durée par l'Allemagne. Il s'agit là d'un sujet sensible au niveau diplomatique pour les relations avec nos voisins. Les Etats-Unis démentent leur implication via la NSA.

Les Etats-Unis nient tout espionnage en Belgique, conjointement avec l'Allemagne

Charles Michel et Angela Merkel © Belga

La Justice belge a entamé une enquête à propos d'actes d'espionnage de longue durée commis par l'Allemagne. Voilà ce qu'a appris le journal De Tijd et que confirme le parquet fédéral. L'enquête judiciaire sur ces éventuels actes d'espionnage à l'encontre de cibles belges par le service de renseignements allemand BND est un sujet sensible sur le plan diplomatique pour les relations avec notre pays voisin.

Le service secret américain NSA n'a pas commis d'actes d'espionnage industriel avec l'aide du service de renseignements allemand BND. Voilà ce qu'a déclaré le vice-ministre américain de la Sécurité Nationale, Alejandro Mayorkas, dans le journal Tagesspiegel am Sonntag.

'Nous n'avons pas commis d'actes d'espionnage économique destiné à donner des avantages aux entreprises américaines. Ce n'est pas notre façon de faire', a affirmé Mayorkas. Selon lui, la collaboration avec le BND ne portait que sur des "questions de sécurité nationale".

La Justice belge a décidé vendredi dernier d'entamer une enquête à propos d'actes d'espionnage commis par le service de renseignements allemand BND. Cela a été confirmé par le parquet fédéral. Si les indices d'espionnage sont démontrés par l'enquête, cela pourrait non seulement conduire à des suites pénales pour les responsables, mais aussi et surtout mettre sous haute tension les relations entre la Belgique et l'Allemagne.

Le BND allemand, l'un des trois services secrets que compte l'Allemagne, ne semble avoir absolument aucun problème à espionner les Belges. Voilà ce qui est apparu la semaine dernière de documents dévoilés d'une audition en aparté au parlement allemand. La manière dont les allemands espionnent concrètement les Belges, a été la semaine dernière également abordée lors d'une conférence de presse du parlementaire autrichien Peter Pilz et du sénateur belge Stefaan Van Hecke (Groen).

Ils ont dévoilé que le BND a intercepté des années durant des lignes de télécommunication de et vers la Belgique à la demande de la National Security Agency (NSA) américaine. Il s'agirait de 15 lignes de communication, dont dix de Belgacom (à présent Proximus) en tant que carrier. Pour Belgacom, cela représenterait des connexions avec dix pays, tels la Russie (via Rostelecom), la France (via France Télécom) et le Danemark (via TDC).

En outre, des lignes de et vers notre pays reliées à Getronics Belgium et France Télécom auraient aussi été mises sur écoute. (Belga/SD)

Nos partenaires