Les Etats-Unis ne veulent pas que le patron de Google voyage en Corée du Nord

04/01/13 à 14:14 - Mise à jour à 14:14

Source: Datanews

Eric Schmidt, le président du conseil d'administration de Google, souhaite effectuer une visite privée en Corée du Nord. Le gouvernement américain estime que ce n'est pas une bonne idée, car les tensions avec ce pays communiste sont de nouveau importantes.

Les Etats-Unis ne veulent pas que le patron de Google voyage en Corée du Nord

Eric Schmidt, le président du conseil d'administration de Google, souhaite effectuer une visite privée en Corée du Nord. Le gouvernement américain estime que ce n'est pas une bonne idée, car les tensions avec ce pays communiste sont de nouveau importantes.

Eric Schmidt veut, conjointement avec Bill Richardson, l'ex-gouverneur de l'état américain du Nouveau Mexique, faire un voyage en Corée du Nord communiste. Ils se rendront pour des raisons privées dans ce pays isolé, annonce l'agence de presse AP. Ce serait la première visite à ce pays de la part d'un haut responsable d'entreprise étranger depuis que Kim Jong-un a succédé, il y a plus d'un an, à son père Kim Jong-il.

Le State Department américain (le ministère des affaires étrangères) n'est pas ravi des intentions de Schmidt et Richardson, mais ne peut interdire la visite. Le voyage est inopportun, selon une porte-parole du ministère, parce que les relations avec la Corée du Nord sont de nouveau sous haute tension après le lancement en décembre d'une fusée à longue portée. L'état communiste n'a pas de relations diplomatiques avec les Etats-Unis. Et les relations commerciales entre les deux pays sont elles aussi quasi inexistantes. Les Etats-Unis interdisent du reste l'importation de marchandises de la Corée du Nord.

Google ne fait aucun commentaire sur les intentions du président de son conseil d'administration. "Il s'agit d'une affaire privée", affirme Google dans un communiqué.
Selon l'agence de presse financière Bloomberg, la visite de Schmidt a pour cadre une initiative de la ministre américaine des affaires étrangères démissionnaire Hillary Clinton, en vue d'intégrer la diplomatie à la technologie. Schmidt était déjà présent lors d'une réunion que Clinton avait organisée avec des représentants du secteur technologique américain. Il a aussi pris part à un voyage en Irak planifié par le gouvernement américain pour promouvoir un canal gouvernemental irakien sur le service vidéo YouTube de Google.

Jozef Schildermans

Nos partenaires