Les Etats-Unis exigent de Twitter des données sur les adeptes de Wikileaks

10/01/11 à 12:13 - Mise à jour à 12:13

Source: Datanews

Le site de microblogging Twitter a fait l'objet de la part des autorités américaines d'une ordonnance juridique, par laquelle elles exigent de sa part la livraison d'informations sur le profil de Julian Assange et de trois autres adeptes de Wikileaks.

Les Etats-Unis exigent de Twitter des données sur les adeptes de Wikileaks

© Creative Commons - Espen Moe

Le site de microblogging Twitter a fait l'objet de la part des autorités américaines d'une ordonnance juridique, par laquelle elles exigent de sa part la livraison d'informations sur le profil de Julian Assange et de trois autres adeptes de Wikileaks.

C'est Wikileaks elle-même qui le déclare. Selon l'organisation de révélation de scoops, voilà qui démontre bien que son site web est visé par une enquête américaine en matière d'espionnage.

"Les autorités américaines ont exigé des renseignements privés, les contacts, les adresses IP et des détails personnels du profil de Julian Assange et de trois autres personnes liées à Wikileaks", peut-on lire sur un communiqué publié par Wikileaks.

Les noms des trois autres personnes visées n'ont pas été communiqués, mais la parlementaire islandaise Birgitta Jonsdottir, connue comme étant une sympathisante de Wikileaks, a déjà fait savoir sur son profil que Twitter avait fait l'objet d'une ordonnance juridique à son encontre. "Le gouvernement américain veut visionner tous mes tweets depuis le 1er novembre 2009 et d'autres informations encore. Est-il conscient que je suis une parlementaire islandaise?", a déclaré Jonsdottir.

Wikileaks ajoute en outre "avoir des raisons de croire que Facebook et Google notamment ont aussi reçu des ordonnances juridiques".

Wikileaks affirme qu'elle s'oppose à ce genre d'ordonnance et qu'elle "va donner des instructions en ce sens à ses avocats américains". En outre, elle va insister auprès de Twitter pour qu'il protège les données privées de ses utilisateurs.

Source: Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires