Les effets du rayonnement du GSM et WiFi sur la santé, pas encore clairement établis

26/06/08 à 08:30 - Mise à jour à 08:29

Source: Datanews

A ce stade-ci des progrès de la science, il est impossible d'affirmer de manière péremptoire que le rayonnement émis par les technologies de communication sans fil, comme le GSM et WiFi, exerce un effet sur la santé. Il n'en reste pas moins que la prudence est de mise. Voilà ce que recommande le Conseil supérieur de la santé.

A ce stade-ci des progrès de la science, il est impossible d'affirmer de manière péremptoire que le rayonnement émis par les technologies de communication sans fil, comme le GSM et WiFi, exerce un effet sur la santé. Il n'en reste pas moins que la prudence est de mise. Voilà ce que recommande le Conseil supérieur de la santé.

En 2006, Rudy Demotte, à l'époque ministre fédéral de la santé, demanda au Conseil supérieur de la santé d'évaluer les données scientifiques existantes à propos des effets de l'exposition du corps humain aux ondes de fréquence radio pulsées et modulées et aux micro-ondes. Le Conseil était chargé de déterminer si ces ondes peuvent avoir des effets négatifs sur la santé.

"Même si cela n'a jusqu'à présent pas pu être démontré expérimentalement, il est très plausible que les systèmes biologiques puissent être influencés par l'ELF (Extreme Low Frequency) émanant des ondes pulsées et modulées", affirme le Conseil dans sa recommandation.

"Même si ces dernières années, il y a de plus en plus d'études qui dénoncent ces effets biologiques, l'on ne peut toujours pas parler d'une évidence univoque. Diverses études dénoncent certes ces effets, alors que d'autres n'en révèlent aucun ou ne confirment pas les effets dévoilés dans les premières."

Selon le Conseil, sur le plan de la communication sans fil, l'évolution technologique est nettement en avance sur la recherche scientifique quant aux effets possibles. Et d'ajouter que l'existence d'un certain nombre d'indications d'effets biologiques, voire d'effets sur la santé incite à la prudence et "rend nécessaires un suivi et une étude scientifique".

Source: Belga

Nos partenaires