Les e-déchets débordent de partout

23/02/10 à 10:50 - Mise à jour à 10:49

Source: Datanews

Les montagnes d'e-déchets - vieux PC, GSM et autres appareils électroniques - croissent de manière aussi rapide que gigantesque dans les pays en voie de développement. Telle est la mise en garde lancée par les Nations Unies (NU). Il s'agit d'intervenir dans l'urgence.

Les montagnes d'e-déchets - vieux PC, GSM et autres appareils électroniques - croissent de manière aussi rapide que gigantesque dans les pays en voie de développement. Telle est la mise en garde lancée par les Nations Unies (NU). Il s'agit d'intervenir dans l'urgence.

Voilà ce qui ressort d'un rapport, dans lequel les NU examinent la quantité actuelle d'e-déchets dans 11 pays et comment elle va probablement s'amplifier dans les années à venir. Le rapport est cité par la station britannique BBC. Au niveau mondial, 40 millions de tonnes de déchets électroniques seraient ainsi produits en moyenne par an, dont une part importante aboutirait dans les pays en voie de développement.

C'est ainsi qu'à l'horizon 2020, l'Inde pourrait voir grimper de pas moins de 500 pour cent le nombre de vieux ordinateurs qui y sont expédiés. En Chine et en Afrique du Sud, cette quantité croîtrait de 400 pour cent. En 2020, le volume des e-déchets de téléphones mobiles sera 7 fois plus important qu'aujourd'hui en Chine et 18 fois en Inde.

Néanmoins, beaucoup de ces pays en voie de développement sont demandeurs de déchets électroniques. Pas seulement comme une espèce d''aide au développement', mais aussi pour pouvoir récupérer les matériaux précieux contenus dans ces appareils. C'est ainsi que la production annuelle moyenne de téléphones mobiles et d'ordinateurs exploite quelque 3 pour cent de l'argent et de l'or extrait au niveau mondial, 13 pour cent du palladium et 15 pour cent du cobalt. Le problème, c'est que la récupération de ces matériaux de valeur n'est souvent pas organisée correctement et s'avère donc peu efficace, voire polluante. Le rapport évoque l'Inde, où des initiatives locales tentent de trouver des solutions. Ces opérations pourraient en effet générer des emplois et du progrès technologique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires