Les courriels entravent de plus en plus le travail

10/03/08 à 11:30 - Mise à jour à 11:29

Source: Datanews

Le flot de courriels que quasiment tout employé actuel reçoit chaque jour sur son ordinateur, commence à dépasser le stade du fléau, peut-on lire dans l'Observer. Selon les spécialistes du magazine, il est en effet question ni plus ni moins d'un 'instrument qui entrave le travail'.

Le flot de courriels que quasiment tout employé actuel reçoit chaque jour sur son ordinateur, commence à dépasser le stade du fléau, peut-on lire dans l'Observer. Selon les spécialistes du magazine, il est en effet question ni plus ni moins d'un 'instrument qui entrave le travail'.

Quiconque gagne sa vie devant un écran d'ordinateur, revient, après une absence, avec des souliers de plomb sur son lieu de travail en sachant que le démarrage de son PC sera suivi de dizaines, voire de centaines de courriels, dont la lecture et la réponse vont lui prendre une bonne partie de sa première journée de travail. Et durant les heures de services, il est aussi continuellement confronté à l'avertissement 'vous avez reçu un nouveau message'. Cela signifie que l'employé est occupé en moyenne entre une heure et demie à deux heures par jour sur son mail. Car de par le monde, l'on en est actuellement à 196 milliards de courriels quotidiens et l'on prévoit d'atteindre le nombre déconcertant de 374 milliards d'ici 2011.

Il n'est donc pas étonnant que certaines entreprises, telles le consultant global Deloitte & Touche, organisent déjà des 'journées sans e-mail', au cours desquelles elles invitent leurs collaborateurs à ne pas envoyer/lire ces messages, mais plutôt à se téléphoner ou à se rencontrer. Il s'agit toutefois là surtout de gestes symboliques, mais entre-temps, l'on recherche activement des façons de contrer cette prolifération. Parce que, pour reprendre les mots de Jason Preston, expert chez Nieuwe Media: "Le courriel est devenu un instrument qui sape le travail. Il convient donc de trouver une nouvelle manière de séparer le bon grain de l'ivraie."

Tom Jackson, qui enseigne les sciences informatiques à l'université de Loughborough, y est activement occupé et a déjà conçu un programme 'desktop PA' qui agit comme une espèce de secrétaire électronique (m/f), qui sait ce qui est important et oriente en conséquence les courriels prioritaires sur une voie rapide. En outre, Jackson a imaginé un autre logiciel qui détecte les employés faisant un usage incorrect ou inapproprié de leurs courriels, et met leurs noms en ligne. "Ce programme passe en revue tous les courriels que quelqu'un envoie, et y attribue des points. Il examine aussi à qui un courriel est envoyé et/ou si le message est bien écrit. Sur la base de ces critères et d'autres encore, nous distinguons les bons et les piètres 'mailers' et nous braquons les projecteurs sur ces derniers, afin qu'ils changent de comportement", ajoute Tom Jackson.

Source: Belga

Nos partenaires