Les contrôleurs aux frontières US pourraient aussi demander les mots de passe Facebook

09/02/17 à 12:19 - Mise à jour à 12:19

Source: Datanews

Se rendre aux Etats-Unis pourrait bientôt s'avérer nettement plus ardu encore, du moins au niveau du respect de votre privée. John Kelly, Homeland Security Secretary, pense en effet demander aux visiteurs leurs mots de passe sur les médias sociaux.

Les contrôleurs aux frontières US pourraient aussi demander les mots de passe Facebook

© REUTERS

En décembre déjà, nous annoncions que le formulaire ESTA, que les voyageurs belges doivent remplir pour entrer aux Etats-Unis, contenait désormais une case dans laquelle vous 'pouvez' introduire vos comptes de médias sociaux. Le frais émoulu Homeland Security Secretary, John Kelly, entend à présent aller encore plus loin. "Nous voulons pénétrer dans les médias sociaux des visiteurs avec leurs mots de passe pour savoir ce qu'ils y font et ce qu'ils y disent", a-t-il expliqué au Homeland Security Committee. "S'ils n'obtempèrent pas, ils n'entrent pas dans notre pays."

Les gens dont il parle, sont en premier lieu les ressortissants des sept pays qui, il y a peu, se sont vu interdire l'entrée aux Etats-Unis en raison d'un décret signé par Donald Trump, puis invalidé par un juge. C'est que le nouveau président des Etats-Unis a fait de la fermeture des frontières américaines l'un de ses fers de lance. C'est ainsi qu'une semaine après son investiture, il a dressé une liste très controversée de sept pays musulmans, dont les citoyens ne peuvent plus se rendre aux Etats-Unis. Cette interdiction a été entre-temps contestée par la Justice avec le soutien d'une centaine de grandes entreprises, dont des géants technologiques tels Microsoft et Google.

Provisoirement, la nouvelle mesure n'est donc encore qu'une idée. Cela pourrait par conséquent prendre encore quelque temps, avant que le département Homeland Security fourre son nez dans les médias sociaux des visiteurs. Ce n'est du reste pas la seule idée du genre exprimée par John Kelly. Une autre serait de demander les données financières des visiteurs.

Nos partenaires