'Les contrats des membres de la direction de Belgacom seront respectés'

10/01/14 à 13:37 - Mise à jour à 13:37

Source: Datanews

Dominique Leroy a été officiellement nommée au poste de nouveau CEO de Belgacom par le ministre Jean-Pascal Labille. Elle aura un salaire inférieur à celui de certains membres de sa direction. En dehors de la conférence de presse, le président de Belgacom, Stefaan De Clerck, a annoncé que des entretiens auraient lieu avec ceux-ci.

'Les contrats des membres de la direction de Belgacom seront respectés'

Dominique Leroy a été officiellement nommée au poste de nouveau CEO de Belgacom par le ministre Jean-Pascal Labille. Elle aura un salaire inférieur à celui de certains membres de sa direction. En dehors de la conférence de presse, le président de Belgacom, Stefaan De Clerck, a annoncé que des entretiens auraient lieu avec ceux-ci.

Dominique Leroy a elle aussi renoncé à une partie de son salaire précédent. Comme convenu, elle gagnera 500.000 euros, auxquels il convient d'ajouter un maximum de trente pour cent de rétribution variable. Sa première conférence de presse en tant que (presque) CEO de Belgacom s'est déroulée dans une ambiance très détendue. L'inévitable question relative aux différences salariales entre elle et le reste du comité de direction a vu Stefaan De Clerck y répondre: "Les contrats des membres de la direction seront respectés." En dehors de la conférence de presse, il a néanmoins laissé entendre que des entretiens auraient lieu avec eux, "mais s'ils s'en tiennent à leur contrat, nous ne pourrons rien y faire."

A noter la réponse étonnante de la part de Dominique Leroy à la question de savoir si la croissance de Belgacom devra se faire par des rachats ou de manière organique: "There are no saturated markets, only saturated managers." "Perhaps not at Belgacom", a-t-elle encore ajouté. Dominique Leroy souhaite absolument 'améliorer aussi l'image de Belgacom". Stefaan De Clerck a déclaré pour sa part avoir été "surpris" par "l'approbation unanime du choix de Dominique Leroy". De son côté, Jean-Pascal Labille a apprécié la vitesse avec laquelle la décision a été prise par le gouvernement.

En savoir plus sur:

Nos partenaires