Les Britanniques préfèrent le streaming aux chaînes payantes

18/07/18 à 13:31 - Mise à jour à 13:30

Source: Datanews

En Grande-Bretagne, les services de diffusion (streaming) sont devenus plus populaires que les chaînes payantes classiques. C'est chez les jeunes que ce changement de tendance est le plus net.

Les Britanniques préfèrent le streaming aux chaînes payantes

© Getty Images/iStockphoto

Le régulateur britannique des médias Ofcom affirme que les services de diffusion tels Netflix, Amazon ou Now TV (de Sky) ont enregistré l'année dernière quelque 15,4 millions d'abonnés, soit un peu plus que les 15,1 clients de la TV payante. Selon Ofcom, il s'agit là d'une tendance à ne pas sous-estimer.

Les revenus issus de ce qu'on appelle les chaînes TV payantes sont cependant encore nettement supérieurs. Toutes chaînes confondues, le montant a atteint 6,4 milliards de livres en 2017, en recul de 2,7 pour cent par rapport à l'année 2016. Quant à la diffusion vidéo, elle a rapporté quelque 895 millions de livres.

Ces montants ne portent, il est vrai, pas sur le nombre total d'heures d'émissions TV par rapport au nombre d'heures d'émissions diffusées. Mais comme les chaînes payantes occupent une place de choix au Royaume-Uni, le fait que les utilisateurs soient prêts à débourser de l'argent, est un bon indicateur.

5 heures par jour Ofcom signale aussi que le Britannique a regardé l'année passée du contenu audiovisuel durant 5 heures et une minute en moyenne. Deux tiers de cette durée environ, soit 3 heures et 33 minutes, ont été consacrés à la TV classique ('broadcast content') et 1 heure et 28 minutes à un autre contenu.

Ici, le régulateur apporte la nuance selon laquelle la plus jeune génération a un comportement visuel différent. Les spectateurs âgés entre 16 et 35 ans regardent les émissions durant 4 heures et 48 minutes par jour, dont moins de la moitié (2 heures et 11 minutes, soit 46 pour cent) est consacrée à la TV, en ce compris des programmes enregistrés et demandés. Pour ce qui est de la plus jeune génération, rien que YouTube représente déjà un visionnement d'une heure par jour.

Nos partenaires