Les Belges changent leurs mots de passe par crainte des cybercriminels

25/11/13 à 13:49 - Mise à jour à 13:49

Source: Datanews

Sensiblement plus de Belges changent leur mot de passe de leur compte e-mail ou de leur profil sur les médias sociaux, comme il ressort d'une enquête effectuée par Eurobarometer.

Les Belges changent leurs mots de passe par crainte des cybercriminels

Il est étonnant que davantage de Belges modifient les mots de passe de leurs comptes e-mail et de médias sociaux. En 2012, 27 pour cent des Belges avaient changé l'accès à leur e-mail contre 36 pour cent cette année. Parmi les utilisateurs de Facebook, Twitter et d'autres réseaux de médias sociaux, 30 pour cent ont modifié leur mot de passe contre 21 pour cent l'année dernière.

Ces chiffres émanent d'une nouvelle enquête d'Eurobarometer à propos de l'impact de la cybercriminalité. Selon la Commission européenne, les résultats de l'enquête sont clairs. "La cybercriminalité exerce une grande influence sur notre utilisation d'internet. Trop de gens choisissent donc de ne pas exploiter à fond toutes les possibilités qu'offre internet", déclare Cecilia Malmström, la commissaire en charge des affaires intérieures.

C'est ainsi que 76 pour cent des Européens interrogés sont convaincus que le risque d'être victime de la cybercriminalité est plus élevé qu'il y a un an. En Belgique, il s'agit de 81 pour cent contre 77 pour cent en 2012.

Dans toute l'Europe, 70 pour cent des internautes pensent en savoir assez sur internet pour acheter en ligne et y effectuer des opérations bancaires, mais seuls 50 pour cent d'entre eux le font réellement. "Cette grande différence", affirme Malmström, "illustre l'effet négatif de la cybercriminalité sur le marché numérique interne." Ce qui cause le plus de souci aux personnes interrogées - tant au niveau européen que belge -, c'est le vol d'identité et la sécurité des paiements en ligne.

L'enquête d'Eurobarometer a été réalisée en mai et juin 2013 auprès de 26.680 personnes en tout, dont 1.006 Belges. (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires