Les autorités ont vendu des ordinateurs portables contenant encore des données confidentielles

08/02/17 à 12:57 - Mise à jour à 12:54

Dans le magasin des pouvoirs publics, le Fin Shop, des ordinateurs portables ont été vendus, alors qu'ils contenaient encore des données confidentielles. Voilà ce qu'annonce à VTM NIEUWS le spécialiste en ordinateurs Nico Cool.

Les autorités ont vendu des ordinateurs portables contenant encore des données confidentielles

© iStock

Dans le Fin Shop, on pouvait trouver des ordinateurs portables du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). Cool en a eu un en main qui intégrait encore des informations médicales notamment. Sur un autre saisi et revendu du fait que personne n'était venu le réclamer dans le magasin de la ville d'Anvers, il y avait encore des photos de personnes nues.

C'est le SPF Finances qui exploite le Fin Shop. "Il s'agit d'un point de vente. Les PC et ordinateurs portables qui arrivent ici, sont accompagnés d'un procès-verbal de transfert, indiquant qu'ils ont été nettoyés. Si tel n'est pas le cas, nous les détruisons", déclare Francis Adyns, le porte-parole, à l'agence Belga. Il appartient donc à l'instance publique qui fournit les ordinateurs d'en effacer les disques durs. Sur l'ordinateur portable du CGRA, il était ainsi indiqué qu'il avait été nettoyé.

Au CGRA, on affirme dans une réaction à VTM NIEUWS que normalement, des informaticiens suppriment toutes les informations contenues sur les appareils. Le Commissariat a déjà demandé au Fin Shop de bloquer les ordinateurs portables non encore vendus. Entre-temps, il va examiner cette affaire en profondeur pour savoir si la procédure appliquée doit être rendue plus rigoureuse.

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos