Les autorités locales accordent plus d'attention à la sécurité mobile

12/08/15 à 17:36 - Mise à jour à 17:36

Source: Datanews

Le nombre d'autorités locales qui réfléchissent à la sécurité mobile et au BYOD, est en croissance. Mais il y subsiste de l'incertitude à propos de l'utilisation des services dans le nuage.

Les autorités locales accordent plus d'attention à la sécurité mobile

© Reuters

Aujourd'hui, 23 pour cent des pouvoirs locaux disposent d'un document officiel relatif à la protection des appareils mobiles de leurs collaborateurs. Et 51 pour cent d'entre eux ont l'intention d'appliquer une politique de sécurité.

Ces chiffres émanent de l'organisation des utilisateurs télécoms Beltug en collaboration avec V-ICT-OR, qui représente les intérêts de la gestion ICT et de l'information au sein des autorités locales. Le fait que celles-ci y consacrent aujourd'hui davantage d'attention, s'explique, selon les deux organisations, par l'arrivée de BYOD ('Bring Your Own Device'), une tendance par laquelle les employés utilisent des applications bureautiques sur leur appareil privé.

C'est ainsi que le pourcentage de pouvoirs publics locaux autorisant BYOD passera de 12,8 pour cent fin 2014 à 16,3 pour cent fin de cette année. Au sein des entreprises belges, le pourcentage est environ deux fois supérieur. Actuellement, 8,8 pour cent des autorités locales recourent également au 'Mobile Device Management' (MDM) contre 48 pour cent dans les entreprises.

Le nuage suscite aussi un grand intérêt de la part des pouvoirs publics locaux. 54 pour cent d'entre elles ont ainsi l'intention d'utiliser l'e-mail dans le cloud avec Office 365 comme principale solution (88,2 pour cent). Entre-temps, une appli d'entreprise sur trois tourne en ligne. Pourtant, au niveau de l'utilisation des services dans le nuage par le secteur public, il existe encore pas mal d'incertitude quant à la sécurité de l'information, selon Eddy Van der Stock, président de V-ICT-OR: "Il serait bon de collecter davantage d'informations juridiques univoques pour éviter une approche erronée du cloud."

Nos partenaires