Les arythmies cardiaques traitées pour la première fois avec la technologie 3D à la clinique OLV d'Alost

27/01/15 à 13:48 - Mise à jour à 13:48

A la clinique Onze-Lieve-Vrouw d'Alost, l'on a pour la première fois traité au moyen d'une nouvelle technique deux patients souffrant d'arythmies cardiaques. Préalablement à l'ablation, l'on avait effectué des impressions 3D des coeurs de ces patients.

Les arythmies cardiaques traitées pour la première fois avec la technologie 3D à la clinique OLV d'Alost

© iStock

Dans le cas des arythmies cardiaques, les stimuli électriques qui commandent le rythme cardiaque se font de manière irrégulière. Par voie d'ablation, un cathéter passant par l'aine jusqu'au coeur, des mini-ouvertures sont pratiquées à hauteur des connexions nerveuses qui ne fonctionnent pas normalement. De cette manière, les stimuli électriques qui causent les arythmies, sont éliminés.

De manière classique, les connexions nerveuses ne fonctionnant pas correctement sont éliminées point par point, alors que la nouvelle technique permet de le faire d'une seule fois, ce qui s'avère plus rapide et, surtout, plus efficient.

'Comme il s'agit d'une toute nouvelle approche, nous avons décidé de réaliser des modèles 3D du coeur de chaque patient, pour ainsi pouvoir imiter à l'avance l'intervention prévue', déclare le cardiologue Tom De Potter.

'Comme nous disposions de manière pré-opérative d'une reproduction parfaite des variations uniques du ventricule concerné, nous avons pu appliquer pour les deux patients l'approche la plus indiquée, en vue de traiter leurs arythmies cardiaques.' De plus, l'intervention a pu être entièrement apprise à l'avance.

De Potter ajoute que la nouvelle technique représente une étape décisive vers la médecine sur mesure: 'L'anatomie du coeur est différente chez chaque patient sur pas mal de détails importants. Ces modèles 3D du coeur permettent de développer une approche sur mesure de chaque patient et de planifier l'intervention voulue en détail et préalablement. Voilà qui ouvre la voie à de nouvelles et meilleures méthodes de traitement.'

Son collègue, le docteur Peter Geelen, pense par exemple à la chirurgie vasculaire cardiaque ou à la mise en place d'autres implants dans le coeur. (Belga/MI)

Nos partenaires