Lenovo en disgrâce auprès des services de renseignements occidentaux

05/08/13 à 12:22 - Mise à jour à 12:22

Source: Datanews

Des tests auraient révélé la présence de portes dérobées possibles sur l'équipement de Lenovo, ce qui aurait incité les services de renseignements des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Australie, de la Nouvelle Zélande et du Canada à limiter nettement l'utilisation des PC de cette entreprise, selon AFR

Lenovo en disgrâce auprès des services de renseignements occidentaux

L'Australian Financial Review (AFR) indique que des tests approfondis effectués sur les PC de Lenovo ont mis en évidence des portes dérobées au niveau du hardware et des faiblesses au niveau du 'firmware'. Il en résulterait que depuis plusieurs années déjà, une interdiction écrite s'appliquerait quant à l'utilisation de systèmes Lenovo dans le cadre de réseaux 'secrets' et 'top secrets' par les services de renseignements des Etats-Unis, de l'Australie, de la Nouvelle Zélande, du Canada et de la Grande-Bretagne (alias les 'five eyes' - les cinq pays dont les services de renseignements collaborent étroitement). Dans le dernier pays cité, ce serait le GCHQ - le service d'écoute britannique - qui aurait pris à son compte la grande majorité de ces tests. La mesure s'appliquerait notamment à des organisations telles la CIA (Etats-Unis), MI5 et MI6 (tous deux en Grande-Bretagne).

Lenovo avait repris en 2005 les activités PC d'IBM et a, en tant qu'entreprise cotée en Bourse, comme actionnaire (indirect) notamment l'académie des sciences chinoise, une instance publique en Chine. L'entreprise se targue du fait qu'au fil des années, ses produits 'ont été à chaque fois qualifiés de fiables et sûrs par les clients des entreprises et des pouvoirs publics'.

Des produits des spécialistes de la connectivité Huawei et ZTE ont eux aussi déjà été suspectés de faiblesses inhérentes possibles et ont été dès lors bannis des offres.

Suite aux informations parues dans l'Australian Financial Review sur les allégations d'interdiction quant à l'utilisation de matériel Lenovo dans les réseaux 'secret' et 'top secret', le Department of Defence australien indique officiellement que "this reporting is factually incorrect. There is no Department of Defence ban on the Lenovo Company or their computer products; either for classified or unclassified systems."

En savoir plus sur:

Nos partenaires