'Le trafic vers les sites web au contenu illégal en baisse de 25% en Belgique'

07/02/14 à 14:12 - Mise à jour à 14:12

Source: Datanews

Le trafic des internautes belges vers les sites web et les services en ligne qui proposent illégalement des livres, de la musique, des films, des programmes TV et des jeux, a diminué de 25 pour cent l'année dernière.

'Le trafic vers les sites web au contenu illégal en baisse de 25% en Belgique'

Le trafic des internautes belges vers les sites web et les services en ligne qui proposent illégalement des livres, de la musique, des films, des programmes TV et des jeux, a diminué de 25 pour cent l'année dernière. Voilà ce qu'annoncent le SPF Economie et la Belgian Anti-Piracy Federation (BAF), qui affirment que c'est là le résultat de leur accord de collaboration d'octobre 2012.

Depuis un an, l'inspection économique recherche les pirates internet en Belgique et ce, à la demande de la BAF, qui contrôle l'offre des médias en ligne dans notre pays. Les activités de quelques fournisseurs importants de médias illégaux ont ainsi été arrêtées, et l'internaute a de plus en plus de mal à trouver ce genre de choses sur la Toile.

Selon la BAF et le SPF Economie, il en résulte que le trafic internet vers les sites web et les services en ligne au contenu illégal a régressé de 25 pour cent pour passer de 8,6 millions de "visits" à 6,5 millions. En outre, les visites se sont déplacées des sites web illégaux vers des sites légaux.

Au début de l'accord de collaboration en octobre 2012, 45 pour cent du trafic internet belge prenait encore la direction de sites frauduleux contre 55 pour cent vers des sites légaux. Un an plus tard, en septembre 2013, le rapport a changé: 39 pour cent prennent la direction de sites d'amusement illégaux contre 61 pour cent en direction de sites légaux.

Ajoutons qu'il est normal que les sites web bloqués soient à terme moins visités et que l'on ait déjà une image tout à fait erronée, lorsque les internautes surfent sur les sites en question via une autre URL. (Belga/MI/PVL)

En savoir plus sur:

Nos partenaires